Nouvelle thérapie pour les dommages cérébraux à la naissance

Les dommages au cerveau qui surviennent peu avant ou pendant la naissance conduisent souvent à un handicap, en partie lourd, tout au long de la vie. Une équipe de chercheurs des Universités de Berne et de Yale (USA) a identifié une substance testée sur des rats qui peut réduire les risques. Des applications pour Alzheimer ou Parkinson sont envisagées.

Naissance prématurée, infections ou manque d’oxygène durant la venue au monde peuvent être synonymes de lésions cérébrales graves. Ces problèmes sont souvent liés à une molécule dénommée ARN let-7 qui cause des dommages cellulaires neuronaux dans le cerveau des nourrissons, a indiqué l'Hôpital de l'Ile à Berne.

Les scientifiques, dirigés par Martin Müller, chef de clinique de l'Hôpital de l'Ile et à l'Université de Yale, ont trouvé une possibilité d'amoindrir la mort cellulaire neuronale ainsi que les dommages au cerveau. Ils ont mis au jour une variante synthétique du peptide PIF (facteur de pré-implantation), produit par l’embryon lui-même.

Espoirs pour les patients Alzheimer

Les chercheurs ont déjà testé l'action du peptide PIF sur des rats. Résultat: le traitement a sauvé des cellules neuronales et diminué la réaction inflammatoire dans le cerveau des animaux. "Nous pouvons prouver précisément que le PIF stoppe la production de la molécule micro ARN let-7", explique Daniel Surbek, professeur à la maternité de l'Hôpital de l'Ile.

Les résultats positifs de l'étude donnent de l’espoir aux patients souffrant d’autres maladies neurodégénératives. Bientôt, les thérapies du PIF pourraient être administrées à des patients ayant la maladie d'Alzheimer et celle de Parkinson, ou présentant des lésions du cerveau.

Les résultats de la recherche ont été publiés dans le journal "Proceedings of the National Academy of Sciences USA" (PNAS).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes