Oskar Freysinger relativise le génocide arménien dans une interview

Le conseiller d'Etat valaisan Oskar Freysinger a relativisé le génocide arménien de 1915 dans une interview accordée à un journal turc. Le président de l'Association Suisse-Arménie a qualifié les propos du Valaisan d'"irresponsables".

Dans cette interview publiée en anglais le 15 janvier dans le journal "Aydinlik", Oskar Freysinger déclare à propos du massacre: "peut-être a-t-il eu lieu, peut-être pas. Cela doit pouvoir être débattu de manière ouverte".

Pas d'enseignement à l'école

Plus loin, le conseiller d'Etat en charge de l'éducation se déclare opposé à ce que le génocide arménien soit enseigné à l'école, ce d'autant plus que les historiens ne sont pas d'accord entre eux, dit-il.

Le conseiller national UDC a, semble-t-il, changé d'avis sur la question. En 2003, il faisait en effet partie des signataires d'une pétition en faveur de la reconnaissance du génocide contre le peuple arménien, a rappelé mercredi le portail d'informations "Tagesanzeiger.ch/newsnet".

Oskar Freysinger était interrogé dans le cadre d'un jugement de la Cour européenne des droits de l'homme concernant le nationaliste turc Dogu Perinçek. Ce dernier nie le génocide arménien.

Liberté d'expression

En 2007, le Turc a été condamné en Suisse pour discrimination raciale, une décision contre laquelle Dogu Perinçek a fait recours à Strasbourg. La Cour lui a finalement donné raison fin décembre, estimant que la Suisse avait violé le droit à la liberté d'expression.

Dans l'interview au journal turc, Oskar Freysinger salue la décision de la Cour de Strasbourg. "Aydinlik" n'est pas n'importe quel journal, selon Sarkis Shahinian, président d'honneur de l'Association Suisse-Arménie. Il s'agit de la feuille du parti des travailleurs de Turquie, dont Dogu Perinçek est le président.

Dignité suisse rabaissée

"Sur cette question, il se comporte de manière totalement irresponsable et rabaisse la dignité de la politique de la Suisse", estime Sarkis Shahinian.

Ce retournement de position ne peut pas être pris au sérieux, estime l'Association Suisse-Arménie qui n'envisage pas de déposer plainte. "Pour (Oskar) Freysinger, il s'agit d'attirer l'attention", un coup d'éclat auquel l'association ne veut pas participer, selon Sarkis Shahinian.

La négation du génocide arménien est un acte punissable en Suisse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes