Places d'armes: Genève qui rit et Sion qui pleure

Les cantons ne se trouvent pas égaux face aux projets de l'armée de réduire son parc immobilier. Alors que Genève et Fribourg tirent leur épingle du jeu, le Valais n'accepte pas la fermeture de l'aérodrome de Sion et demande que l'armée revoie son plan de stationnement dans le canton.

Un retrait total de l'armée des places militaires de St-Maurice (VS) et de Conches (VS) ainsi que de l'aérodrome de Sion n'est tout simplement pas acceptable, a indiqué le Conseil d'Etat valaisan dans communiqué. Il prenait position au terme de la consultation fédérale sur le nouveau plan de stationnement de l'armée, achevée fin janvier.

Le projet impliquerait la perte de 43 places d'apprentissage et menacerait la survie de l'aéroport civil. L'installation à Sion du centre de logistique et de commandement de la police militaire est certes réjouissante, écrit encore le gouvernement. Tout comme la présence de deux écoles de recrues, qui garantissent une utilisation de la caserne tout au long de l'année.

Il ne s'agit toutefois que d'une faible compensation par rapport aux pertes prévues: avec seulement 1% de présence militaire en Valais pour 4% de la population suisse, le nouveau plan assène un coup dur au canton.

Fribourg veut un centre de formation

Le canton de Genève est au contraire favorable au projet soumis à consultation. Le site actuel de la caserne des Vernets sera principalement dédié à la réalisation de 1500 logements, indique le Conseil d'Etat genevois.

Le canton de Fribourg compte bien lui aussi tirer son épingle du jeu, au-delà de la déception liée à l'abandon de la caserne de La Poya et du cantonnement du Lac-Noir. Les autorités négocient pour récupérer le Centre de formation du service civil qui quittera fin 2015 le site de Schwarzenburg (BE).

Ce serait une sorte de "compensation indirecte", notent-elles dans leur réponse. En revanche, le gouvernement fribourgeois nourrit quelque crainte au sujet de l'aérodrome de Payerne (VD), notamment au sujet du nombre de mouvements, et donc des nuisances sonores, à la suite de la fermeture des bases de Sion, Buochs (NW) et Dübendorf (ZH).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes