Plaidoyer de Didier Burkhalter pour l'immigration européenne

Le président de la Confédération Didier Burkhalter s'est lancé dans un plaidoyer pour l'immigration, en particulier venant de l'Union européenne samedi devant les plus de 250 délégués du PLR réunis à Schwanden (GL). Il a appelé à refuser l'initiative UDC "contre l'immigration de masse" le 9 février.

"La Suisse est un miracle", a déclaré le conseiller fédéral libéral-radical. Elle n'est partie de pratiquement rien pour arriver à se hisser en tête des classements sur l'innovation, la compétitivité, ou de la circulation des chercheurs.

La Suisse doit demeurer ouverte à l'étranger et à l'Europe si elle entend rester sur la voie du succès. L'immigration a permis notamment de fournir 25 milliards de francs aux recettes de l'AVS ces dix dernières années.

Les ressortissants de l'UE apportent un cinquième des cotisations mais ne touchent qu'un septième des prestations, a rappelé Didier Burkhalter. Avec la votation du 9 février, "nous devons décider si nous voulons poursuivre sur cette voie".

La libre circulation est au coeur de la voie bilatérale. "Nos hôpitaux mais aussi l'hôtellerie et l'agriculture ne tourneraient pas sans cette immigration. C'est pourquoi toutes les branches économiques s'opposent à l'initiative de l'UDC qui veut introduire des contingents".

Effets négatifs des contingents

D'ailleurs les contingents, on les connaît du passé et ils ne limitent pas l'immigration. Ils entraîneraient une augmentation de l'immigration illégale et du travail au noir.

Par ailleurs, ils ne sont pas compatibles avec la libre circulation. Ils pourraient remettre en cause toute la voie bilatérale. C'est pourquoi le Conseil fédéral est d'avis qu'il faut rejeter l'initiative, a déclaré le conseiller fédéral devant les délégués libéraux-radicaux avant que ceux-ci entament un débat et décident du mot d'ordre du parti concernant le texte de l'UDC.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes