Radioactivité: anciens ateliers horlogers contrôlés

Entre 60 et 80 anciens ateliers horlogers qui appliquaient des peintures luminescentes au radium seront contrôlés, a expliqué Roland Charrière, vice-directeur de l'OFSP sur les ondes de la RTS dimanche. Cette mesure doit permettre d'exclure tout risque pour la population, précise l'office, qui réagit aux craintes de cette dernière.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) mènera de nouvelles mesures avec l'assureur professionnel la SUVA, dans les ateliers de très petite taille qui n'avaient jamais requis d'autorisation, a-t-il indiqué, revenant sur un article du "Matin Dimanche" et de la "SonntagsZeitung".

Ces anciens ateliers se trouvent surtout à Bienne, Neuchâtel, Genève, dans plusieurs communes du Jura et du Jura bernois, dans le canton de Soleure ainsi qu'en France voisine, selon des documents publics des Archives fédérales que s'est procurée l'ats.

L'OFSP s'engage encore à établir un cadastre des anciens ateliers qui ont utilisé du radium sur la base d'une recherche historique. Les grandes entreprises horlogères qui utilisaient de la peinture luminescente au radium, principalement présentes dans l'arc jurassien, ont elles toutes été décontaminées lorsqu'elles ont cessé leur activité, a souligné l'OFSP.

Selon les documents des Archives fédérales, 91 maisons et immeubles ont abrité des petits ateliers, chiffre comprenant les autorisations d'exercer octroyées aux ateliers par la Section horlogerie du Secrétariat général du Département fédéral de l'économie et les contrôles opérés par l'Inspectorat fédéral des fabriques.

Ouvrières à domicile

Ces petits ateliers étaient le plus souvent occupés par des ouvrières, qui travaillaient à domicile. La poudre extrêmement fine a pu s'infiltrer entre les planches ou se coller au mur. Cette contamination peut représenter un certain risque, car avec une demi-vie de 1600 ans, cette poudre est encore radioactive.

Et l'OFSP d'ajouter toutefois que "en l'état actuel des connaissances, la santé des anciens locataires de ces bâtiments n'a pas été mise en danger". Selon l'office, "les risques sanitaires pour la population sont faibles".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes