Résidences secondaires: double victoire pour Franz Weber

Le Tribunal fédéral (TF) a mis fin au suspense né de la votation sur les résidences secondaires. Il a jugé que l'initiative de Franz Weber était applicable dès la date du scrutin et a reconnu la qualité pour recourir à l'association Helvetia Nostra. Une double victoire pour l'écologiste.Dans une décision pilote, qui fera jurisprudence, il a accepté le recours de voisins d'un terrain où des promoteurs espéraient construire des appartements de vacances. Il a annulé un feu vert d'une commune grisonne confirmé par le Tribunal administratif cantonal.Pour les juges de la Ière Cour de droit public du TF, le texte de l'initiative acceptée par le peuple et les cantons le 11 mars 2012 est suffisamment clair pour être directement applicable avant l'adoption d'une législation d'exécution par les Chambres fédérales."La notion de résidence secondaire n'est pas un alien", a notamment déclaré le président de la Cour, le juge Jean Fonjallaz. De même, le plafonnement du nombre de résidences secondaires ne peut donner lieu à des interprétations divergentes. "Il s'agit d'une limite sévère mais claire", a déclaré le juge Jean Fonjallaz.Message clairEn clair, les permis de construire délivrés après la votation mais avant le 1er janvier 2013 sont annulables. En revanche, ceux qui ont été octroyés après sont nuls, ainsi que le prévoit la disposition transitoire applicable.Dans la foulée, le Tribunal fédéral a reconnu à Helvetia Nostra la qualité pour recourir contre les permis de construire des résidences secondaires. Il a désavoué la justice grisonne et la justice valaisanne qui lui avaient refusé tout droit de recours.A une majorité de quatre juges contre un, la Ière Cour de droit public du TF a considéré que la protection de la nature et du paysage englobe la préservation des communes visées par l'initiative de Franz Weber. Pour les juges majoritaires, il s'agit d'une tâche de droit fédéral.L'association Helvetia Nostra doit par conséquent bénéficier du droit de recours accordé aux associations par la législation fédérale sur la protection de la nature et du paysage. Minoritaire, un juge fédéral a contesté l'octroi d'un tel droit de recours. Selon lui, la lutte contre la prolifération de constructions dans une station touristique ne saurait relever de la protection du paysage."Ca c'est bon", jubile Franz WeberDepuis la votation de mars 2012, qui limite à 20% le nombre de résidences secondaires dans chaque commune, Helvetia Nostra a ouvert plus de 2000 procédures, essentiellement dans les cantons du Valais, des Grisons, de Vaud et de Berne. Déboutée devant les instances cantonales, l'association a déposé ces derniers mois une pluie de recours au TF. Près de 240 dossiers sont encore pendants.Franz Weber a exprimé sa joie après avoir gagné sur toute la ligne devant le TF. "Ca c'est bon, c'est très bon pour toute la Suisse", a lancé l'écologiste. "Je suis dans le vrai, et soutenu par le Tribunal fédéral. Nous avons défendu la bonne cause et nous continuerons à la défendre". Ce qui "me rend fier", c'est la défense de la Suisse" pour les générations futures"."C'est une occasion historique. C'est une affaire totalement unique dans les annales administratives et judiciaires de la Suisse", a poursuivi l'avocat Pierre Chiffelle. "C'était une entreprise folle dès le départ qui a représenté un travail de titans". /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus