Schumacher a été admis au CHUV à Lausanne

Michael Schumacher a été admis lundi au CHUV, à Lausanne. L'ex-champion de F1, accidenté à la tête il y a six mois, est arrivé par hélicoptère de France où il était soigné. L'Allemand n'est plus dans le coma et peut désormais communiquer.

"Michael a quitté le CHU de Grenoble afin de continuer sa longue phase de réadaptation. Il n'est plus dans le coma", avait souligné en fin de matinée la porte-parole de la famille, Sabine Kehm, citée dans un bref communiqué. Aucune information sur l'état de santé du pilote de 45 ans n'a été donnée.

Selon un quotidien allemand, Michael Schumacher peut communiquer avec son entourage, en particulier avec sa femme Corinna et ses enfants. Il n'a pas été précisé de quelle manière il communique.

Espace aménagé

Le blessé a été transporté au Centre hospitalier universitaire vaudios (CHUV), à Lausanne. "Sa famille est avec lui, dans un espace aménagé spécialement pour préserver leur intimité et pour assurer les meilleurs soins possibles", a indiqué le porte-parole de l'établissement, Darcy Christen.

Il n'a pas livré davantage de détails, par respect du secret médical et de la sphère privée de la famille. Ce transfert à Lausanne rapproche un peu le pilote de son domicile de Gland.

Lésions crâniennes

Le pilote automobile, âgé de 45 ans, avait avait chuté lors d'une sortie à skis avec son fils et un groupe d'amis. L'accident est intervenu le 29 décembre à Méribel, une station des alpes françaises.

Lors de son admission au CHU de Grenoble, Michael Schumacher souffrait de lésions crâniennes "diffuses et sérieuses". L'annonce de son hospitalisation avait attiré une foule de médias devant l'hôpital.

Plongé dans un coma artificiel après son accident, le pilote allemand avait été placé en phase de réveil le 30 janvier, processus très long consistant à diminuer progressivement les sédatifs. Il montrait depuis "des moments de conscience et d'éveil", selon son entourage, muet sur d'éventuelles séquelles.

Le 17 février, la justice avait classé sans suite l'enquête sur l'accident, excluant toute responsabilité d'un tiers. La famille conserve toutefois la faculté d'agir au civil.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes