Tempête - Le montant des dégâts devrait frôler les 200 millions

La tempête qui a ravagé jeudi la Suisse romande laissera une facture proche des 200 millions de francs, selon les premières estimations des assureurs. C'est surtout la grêle qui a fait des dégâts, touchant des dizaines de milliers de véhicules, quelques bâtiments, les cultures et la vigne, détruite par endroits à 100%.

Cet épisode de grêle est le plus conséquent depuis quatre ans. Rien que pour les véhicules, les dégâts atteignent près de 150 millions de francs, un montant obtenu par extrapolation sur la base des premières évaluations des assureurs.

C'est le parc automobile qui a été le plus durement touché. Des grêlons atteignant parfois la taille d'une balle de golf ont brisé les vitres et provoqué d'importants dégâts aux carrosseries. Des dommages matériels minimes ont aussi été constatés ça et là sur des bâtiments, ainsi que sur des bateaux.

Au chapitre des bâtiments, il faudra compter avec quelque dizaines de millions de francs de dégâts. Environ 500 dossiers ont été ouverts, a indiqué Jean Desarzens, responsable du service sinistres.

Vignes et cultures

Les agriculteurs et en particulier les vignerons sont les autres grandes victimes des intempéries. Un premier bilan fait état de près de 15 millions de francs de dommages, selon Suisse Grêle. L'assureur s'attend à recevoir jusqu'à 2000 déclarations de sinistres en provenance des cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel et de la région du lac de Bienne.

La vigne et les fruits ainsi que les cultures agricoles, maraîchères et horticoles sont les plus touchés.

De Genève à Neuchâtel, certains vignobles ont parfois vu la totalité de leurs plants détruits. La région genevoise la plus touchée est celle de Bernex-Lully, selon l'oenologue cantonal Alexandre De Montmollin.

Les maraîchers genevois sont eux aussi dépités. "Entre 60 et 80 hectares sont détruits", a indiqué Jacques Blondin, directeur de l'Union maraîchère cantonale. Les légumes sensibles comme les salades, les courgettes et les épinards, ont été anéantis.

"Rare", de mémoire de vigneron

Dans le canton de Neuchâtel, l'ensemble du vignoble a été frappé d'ouest en est. Une perte de récolte pouvant aller jusqu'à 100% a été constatée sur de très nombreuses parcelles.

/SERVICE


Actualisé le