Test de médicaments: la Déclaration de Berne pointe les pharmas

Lors de tests de médicaments effectués à l'étranger, certaines entreprises pharmaceutiques suisses violent fréquemment des règles éthiques. Cette accusation émane de la Déclaration de Berne (DB), qui demande au ministre de la santé Alain Berset de prendre des mesures.

La DB, qui a mené une "vaste enquête" en Suisse et dans quatre pays émergents (Argentine, Ukraine, Russie et Inde), a lancé une campagne lundi. Citant les entreprises Roche et Novartis, l'organisation non gouvernementale (ONG) accuse les groupes pharmaceutiques de délocaliser de plus en plus les tests de médicaments sur des humains dans des pays émergents.

"Outre le potentiel commercial énorme que représentent ces pays, les coûts globaux des essais y sont aussi beaucoup moins élevés et les procédures plus rapides. Tester un médicament en Chine, par exemple, revient trois fois moins cher qu'aux Etats-Unis", relève la DB.

Usage abusif du placebo

Selon l'ONG, cette délocalisation des essais dans des pays à la réglementation plus laxiste accentue fortement le risque de violation des règles éthiques internationales: irrégularités dans l'obtention du consentement éclairé, usage abusif de placebo, arrêt du traitement à la fin de l'essai ou non engagement à fournir des compensations en cas de problème.

Et si l'Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic, le "gendarme des médicaments", garantit bien la solidité des données médicales récoltées, les contrôles éthiques sont inexistants, dénonce la DB. "L'institut voue en effet une confiance aveugle aux laboratoires pharmaceutiques et aux systèmes de surveillance pourtant lacunaires des pays concernés".

Et l'entrée en vigueur de la loi relative à la recherche sur l'être humain ne permettra pas de résoudre ces problèmes, avertit la Déclaration de Berne, car cette loi ne concernera que les essais menés en Suisse. L'organisation demande donc que le mandat de Swissmedic soit complété pour renforcer son contrôle éthique sur les essais menés dans les pays en développement et émergents.

/SERVICE


Actualisé le