Transformations d'envergure à la gare de Lausanne

Trois passages sous-voies, des quais élargis de plus de 400 mètres de long, une nouvelle façade sud et une marquise préservée: le futur visage de la gare de Lausanne a été présenté par l'Office fédéral des transports (OFT), le canton de Vaud et les CFF. Les travaux débuteront en 2017.

Croissant rapidement depuis plusieurs années, le nombre d'utilisateurs de ce noeud ferroviaire va encore doubler d'ici 2030, soulignent les partenaires. Le nombre d'usagers par jour passera ainsi de 120'000 actuellement à plus de 200'000, rendant des transformations de grande envergure indispensables.

La surface et les sous-sols de la gare seront complètement réorganisés. L'accès aux quais se fera par trois passages sous-voies, contre deux actuellement. Ceux-ci seront en outre beaucoup plus larges et plus spacieux, grâce à un abaissement du sol. Les surfaces commerciales seront aussi plus nombreuses.

La gare sera dotée d'une vraie façade au sud, ainsi que d'une galerie qui reliera les trois sous-voies entre eux. Côté ville, les passages inférieurs se prolongeront sous la place de la Gare pour desservir les stations du m2 et du futur m3.

Les huit voies actuelles seront ramenées à six, mais avec des quais nettement plus larges et plus longs pour pouvoir accueillir les Intercity à deux étages de 400 mètres. La marquise de métal et de verre, une pièce historique, pourra être conservée. Elle sera surélevée et "ripée" de 80 cm en direction du nord.

Mise à l'enquête en 2014

Les grandes lignes étant fixées, les études se poursuivent pour affiner le projet, la planification et l'estimation de ses coûts. Le Canton de Vaud a préfinancé la totalité de ces études pour 21,5 millions de francs, ce qui a permis de gagner beaucoup de temps, a souligné la conseillère d'Etat Nuria Gorrite. La procédure d'approbation des plans devrait démarrer fin 2014.

Les travaux dans la gare de Lausanne devraient pour leur part débuter en 2017 et durer jusqu'en 2025. Ce projet ne pourra toutefois se réaliser que si le peuple suisse vote en faveur du projet de Financement et aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF), le 9 février.

Tant l'OFT que les CFF et le canton de Vaud ont insisté sur la nécessité d'un oui afin de débloquer le milliard de financement fédéral pour Lausanne et les 800 millions pour la gare de Genève.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus