Un haut responsable palestinien meurt lors d'échauffourées

Un haut responsable palestinien est mort mercredi à la suite de heurts avec des soldats israéliens. Sa disparition menace la poursuite de la coopération entre l'Autorité palestinienne et Israël en Cisjordanie occupée.

Ziad Abou Eïn, 55 ans, chargé du dossier de la colonisation au sein de l'Autorité palestinienne, autrefois vice-ministre en charge des prisonniers, est la plus éminente personnalité à décéder dans de telles circonstances depuis des années.

Emprisonné à de nombreuses reprises par Israël, il est mort au cours d'une manifestation qui se voulait pacifique contre la confiscation des terres palestiniennes au profit de la colonisation israélienne.

Le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, a dit "regretter" son décès, et a annoncé une enquête de l'armée israélienne sur les événements.

La Suisse a de son côté exprimé sa "profonde consternation" après la mort de cet ancien membre de l'Initiative de Genève, saluant son engagement "pour une paix juste et durable" au Proche-Orient. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a appelé les autorités israéliennes à mener "une enquête indépendante, rapide et transparente" sur les circonstances de cet incident.

Planter des oliviers

Environ 300 personnes avaient entrepris de marcher du village palestinien de Turmus Ayya, près de Ramallah, vers la colonie d'Adei Ad, avec l'intention de planter des oliviers, selon un photographe de l'AFP. Elles ont été arrêtées par un barrage de soldats israéliens qui ont commencé à tirer des gaz lacrymogènes, mais ils ont continué à avancer.

Des soldats ont alors repoussé brutalement Ziad Abou Eïn en l'empoignant au col et à la gorge. Des témoignages ont fait état de coups de poing portés à son torse, et même d'un coup de crosse. Mais ils n'ont pas été confirmés par le photographe de l'AFP ou les images de la scène.

Celles-ci montrent une empoignade confuse et véhémente. Sur une vidéo, on peut voir un lacrymogène exploser au pied du responsable, qui semble ensuite respirer à grand peine.

Quelques minutes après, Ziad Abou Eïn s'est affaissé dans l'herbe en se tenant la poitrine. Une soldate israélienne a tenté de lui apporter les premiers secours avant qu'il ne soit emmené à l'hôpital, où il a succombé.

"Armée d'occupation"

Ses dernières paroles à la presse, avant les incidents, ont été pour dénoncer "une armée d'occupation qui pratique la terreur et l'oppression". Les manifestants sont venus "planter des arbres, non pas lancer des pierres ni agresser quiconque", a-t-il dit.

L'armée israélienne a affirmé être intervenue face à des "émeutiers", et indiqué examiner les circonstances de la mort de M. Eïn. Israël a proposé aux Palestiniens la constitution d'une équipe d'enquête commune.

Peu après l'annonce de sa mort, des affrontements ont éclaté dans le camp de réfugiés de Jelazoun, ailleurs en Cisjordanie occupée, au cours desquels un adolescent palestinien de 14 ans a été très grièvement blessé à la tête par un tir de l'armée israélienne.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes