Une moyenne de 7112 francs par ménage en 2012

Sur le papier, les ménages suisses disposaient en moyenne d'un revenu mensuel de 7112 francs par mois en 2012, après déduction des dépenses obligatoires comme les impôts. Une grande partie de cette somme est consacrée au logement, aux transports ou aux loisirs.

En 2011, le revenu disponible des ménages atteignait 6750 francs. Mais ce bond de 362 francs n'est pas révélateur, puisqu'il est lié aux aléas des calculs par échantillon, a précisé lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS), qui a réalisé l'enquête sur la base de 2592 ménages. La tendance générale est néanmoins à l'augmentation.

Il y a deux ans, le revenu brut des ménages - qui se composent en moyenne de 2,24 personnes - atteignait 10'063 francs par mois. Cette somme comprend aussi le 13e salaire, des rentes, des intérêts ou des dividendes. Les dépenses obligatoires se sont montées à environ 2950 francs, entre les impôts, les cotisations aux assurances sociales ou les primes maladie.

La répartition des revenus n'est pas symétrique: ainsi, 60% des ménages disposaient en 2012 d'un revenu inférieur à la moyenne suisse de 7112 francs. Pour les personnes seules, les chiffres ne sont pas encore disponibles, mais ils n'ont pas beaucoup évolué par rapport aux 4273 francs calculés lors de la période précédente, a précisé l'OFS.

Logement et énergie

Le revenu est consacré pour plus de la moitié à la consommation de biens et services. Les dépenses pour le logement et l'énergie sont celles qui pèsent le plus lourd sur le budget, avec environ 1500 francs ou près de 15% du revenu brut. Autres postes importants: les transports (8%), les loisirs et la culture (6,4%) et l'alimentation (6,3%).

Au final, il est resté en moyenne aux ménages 1318 francs par mois à épargner en 2012. Ceux dont le revenu brut était inférieur à 5000 francs n'ont toutefois pas pu faire des économies, leurs dépenses dépassant souvent leurs revenus. Parmi eux, une part importante de retraités, qui financent une partie de leurs dépenses en puisant dans leur fortune.

/ATS


Actualisé le