Vers un agrandissement de la prison de Bellechasse (FR)

La prison de Bellechasse (FR) devrait à l'avenir offrir près du quart des quelque 200 places nécessaires à la prise en charge des détenus de Suisse romande astreints à des mesures thérapeutiques. Telle est du moins la volonté du conseiller d'Etat fribourgeois chargé de la sécurité et de la justice Erwin Jutzet.

Le ministre socialiste, qui occupe pour la deuxième fois en 2015 la présidence du gouvernement, veut "avancer avec la construction d'une nouvelle unité spécialisée". Alors qu'il manque 200 places en Suisse romande, "nous avons l'intention de créer un tel centre à Bellechasse avec 60 places, dont 45 seront assumées par les autres cantons" romands, déclare M. Jutzet mercredi dans une interview à "La Liberté".

On va également agrandir Bellechasse avec deux pavillons pour garantir la séparation entre secteurs ouvert et fermé. C'est en effet "un vrai problème" qu'ils soient actuellement mélangés.

Démographie

Revenant sur le passage, en 2014, du cap des 300'000 habitants dans le canton, le président du gouvernement relève que "cette croissance est un peu malsaine. Elle va trop vite et il ne faut en tout cas pas l'accélérer", affirme-t-il.

Et le conseiller d'Etat de s'expliquer par le fait que les nouveaux contribuables attirés par le canton, des jeunes familles et des pendulaires, paient peu d'impôts. Or, pour faire face à cette croissance, il faut toujours plus d'infrastructures et l'Etat doit aussi avoir plus de personnel.

Un milliard de fortune

Fribourg est pourtant riche d'une fortune d'un milliard de francs que d'autres cantons lui envient, note Erwin Jutzet. Cet argent ne peut cependant pas servir au ménage courant de l'Etat mais aux investissements, nuance le socialiste. "Il faut utiliser cet argent en période de vaches maigres et c'est ce qu'on fait".

En matière de fiscalité des entreprises, le président du gouvernement 2015 ne se montre pas aussi affirmatif que le Conseil d'Etat. Celui-ci annonçait à mi-décembre avoir décidé d'abaisser le taux unique d'imposition du bénéfice des entreprises à 13,72%, au lieu de 19,63% aujourd'hui. Ce nouveau taux devait entrer en vigueur en 2019, en même temps que la réforme fédérale, actuellement en consultation.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes