Vive émotion à Belmont-sur-Lausanne après la mort de Chloé

L'émotion est vive à Belmont-sur-Lausanne (VD) après le rapt et le meurtre de l'adolescente de 14 ans. Des fleurs et des mots ont été déposés devant son collège, alors que la commune se prépare à vivre ce deuil. La police vaudoise a livré de son côté quelques informations sur le ravisseur qui s'est suicidé.

A Pully, devant le collège de la jeune fille, des fleurs ont été déposées sur un drap blanc et des images collées contre la porte en verre. "A jamais dans nos coeurs", "Soeur un jour, soeur toujours", pouvait-on notamment lire dimanche.

"Encore de l'humanité"

La commune de Belmont est sous le choc. Elle organisera mardi pour les camarades de Chloé un point de rencontre avec deux spécialistes. Jeudi, un jour entier, de 09h00 à 18h00, sera organisé au temple de Belmont: "une journée d'écoute, de recueillement et de prières", a expliqué à l'ats Gustave Muheim, syndic de Belmont.

"Ça frappe. C'est incroyable l'effet sur une communauté villageoise. Il y a encore de l'humanité en ce bas monde", a déclaré, très ému, Gustave Muheim.

Pas connu de la police

Samedi, la police vaudoise a donné deux éléments d'information sur le ravisseur de Chloé, ex-compagnon de la mère de la jeune fille. L'homme, un Suisse de 30 ans, n'était pas connu défavorablement des services de police. En outre, l'arme utilisée, un pistolet, n'est pas militaire et a été acquise légalement.

Par "respect pour la sphère privée des familles", la police vaudoise n'a pas donné d'autres informations. Le drame s'est déroulé vendredi en moins d'une heure. La police a été avertie vers 11h00 de l'enlèvement de la jeune fille.

Gros engagement

Après avoir déployé une quarantaine de patrouilles, la police localisait le véhicule cinquante minutes plus tard dans une forêt sur les hauts de Lutry. Elle découvrait alors les corps sans vie de la jeune fille et de l'homme qui s'était suicidé après avoir tué Chloé.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes