Yverdon: le pédophile récidiviste écope de 7 ans de prison ferme

Le Tribunal d'Yverdon (VD) a condamné vendredi un pédophile récidiviste à un total de 7 ans de prison ferme. La Cour l'a notamment reconnu coupable d'instigation à des actes d'ordre sexuel avec des enfants. L'homme de 48 ans faisait partie d'un réseau international démantelé par les Etats-Unis lors de l'opération "Delego" lancée en 2009.

Condamné en 2005 à Genève à trois ans de prison pour des faits semblables, l'homme avait vu alors sa peine suspendue au profit d'un traitement ambulatoire. Cette fois, il n'échappe pas à la détention.

Le Tribunal criminel de la Broye et du Nord vaudois a suivi partiellement le réquisitoire du procureur, qui demandait 5 ans de réclusion et l'exécution de la peine genevoise. L'employé de commerce écope finalement de 4 ans auxquels s'ajoute la peine de 3 ans sous déduction de quelque 600 jours de détention préventive après son incarcération en juin 2011 au Bois-Mermet (VD).

Communauté pédophile

L'homme faisait partie d'une "communauté" qui consultait et échangeait des milliers de photos pédophiles sur un site internet basé aux Etats-Unis. La structure était hiérarchisée, avec des utilisateurs lambda, des VIP, des super VIP.

Le sommet de la pyramide était atteint par ceux qui produisaient du matériel pédopornographique "Homemade" (fait maison). Le condamné en faisait partie après avoir échangé d'anciennes photos de ses deux filles, âgées aujourd'hui de 21 et 17 ans.

Culpabilité très lourde

"Votre culpabilité est très lourde. Peu après avoir été condamné en 2005, vous avez gravement récidivé. Vous avez trompé le tribunal et la confiance de vos thérapeutes", a déclaré le premier président Eric Eckert.

L'avocate de la fille cadette du condamné, Manuela Ryter, avait demandé 15'000 francs pour tort moral. Le tribunal la renvoie à la justice civile, en affirmant qu'il ne dispose pas d'éléments suffisants pour évaluer de telles indemnités.

Mardi, la fille aînée était venue défendre son père avec fougue. Il ne faut pas le réduire à ce qu'il a fait de grave, avait-elle plaidé avant de supplier le tribunal de ne pas le remettre en prison.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus