ABB a son nouveau directeur général

Après le départ inopiné de Joe Hogan annoncé il y a un mois, ABB s'est trouvé un nouveau directeur général issu du sérail. Ulrich Spiesshofer, un Allemand de 49 ans, prendra les rênes du groupe électrotechnique zurichois à partir du 15 septembre.

Le conseil d'administration a élu à l'unanimité Ulrich Spiesshofer, a indiqué la firme lundi. Cette nomination interne ne surprend pas. Dès le retrait signifié de Joe Hogan, M. Spiesshofer était le favori du président du conseil d'administration Hubertus von Grünberg, selon le cercle des analystes.

Comme ceux-ci, M. Grünberg se réjouit de disposer d'un directeur général venant des propres rangs de l'entreprise, connaissant parfaitement l'ensemble des domaines d'activité de ABB.

Entré à la direction de ABB en tant que responsable du développement organisationnel en 2005, M. Spiesshofer a pris la tête dès 2010 de la division Automation industrielle et moteurs du groupe. Sous sa direction, le chiffre d'affaires de cette unité a doublé organiquement, mais aussi grâce aux acquisitions, relève la société.

Importants rachats

M. Spiesshofer a mené par ailleurs le processus d'intégration du fabricant de moteurs électriques américain Baldor - le plus gros rachat de ABB (4,2 milliards de dollars). Autre récente emplette d'importance (1,03 milliard): celle du californien Power-One, spécialisé dans les ondulateurs photovoltaïques, permettant au groupe de s'affirmer dans ce segment.

En sus du secteur solaire, l'entité a aussi exploré ces dernières années de nouveaux domaines tels que la mobilité électrique ou l'alimentation sans interruption. Son nouveau responsable sera désigné ultérieurement, indique ABB.

M. Spiesshofer a également oeuvré au développement du groupe. Elaboration de la stratégie d'acquisitions actuelle, optimisation des processus et programmes de réduction des coûts lors du marasme conjoncturel de ces dernières années: autant de tâches auxquelles il a mis sa patte.

L'intéressé se dit ravi de poursuivre avec ses collègues les processus d'optimisation en cours pour une "croissance profitable".

Joe Hogan se félicite aussi de la désignation de son successeur. Lequel a accompli un excellent travail au sein de son unité et contribué avec succès à la mise en oeuvre de la stratégie de moyen terme, a dit celui qui dirigeait ABB depuis septembre 2008.

L'Américain de 56 ans avait annoncé son départ le 10 mai pour des raisons privées. Il jouera un rôle de conseiller auprès de l'entreprise encore quelques mois après avoir transmis le témoin.

Sous sa houlette, le géant de l'électrotechnique a investi pas moins de 20 milliards de dollars au total, renforçant nettement sa présence aux Etats-Unis notamment. En l'espace de cinq ans, ses effectifs se sont étoffés de près de 120'000 à 145'000 collaborateurs à travers le monde.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes