Adecco à nouveau visé par le gendarme français de la concurrence

Le numéro un mondial du placement de personnel Adecco se retrouve dans le collimateur du gendarme français de la concurrence. Une nouvelle enquête vise le groupe zurichois d'origine vaudoise et d'autres sociétés du secteur pour violation de la législation sur la concurrence.

D'autres sociétés concurrentes - non nommées - sont visées par l'investigation, a indiqué jeudi Adecco dans un bref communiqué. Le spécialiste de l'intérim précise coopérer pleinement avec les autorités hexagonales.

"Nous confirmons les perquisitions auprès des sociétés concernées", a indiqué à l'ATS Virginie Guin, porte-parole de l'Autorité de la concurrence à Paris. Ces opérations ont été effectuées sur autorisation judiciaire sur la base de présomptions de pratiques anticoncurrentielles", précise-t-elle, sans commenter davantage en raison de la procédure en cours.

Contacté par l'ATS, un porte-parole d'Adecco à Zurich a indiqué que le groupe a pris acte de l'ouverture de l'enquête. Selon lui, une éventuelle amende ne serait "pas matérielle" et la durée de la procédure est difficile à estimer, mais "cela peut durer des années".

"Nous avons été informés mercredi que l'Autorité de la concurrence initiait une enquête nous concernant, ainsi que certains de nos concurrents", a répondu pour sa part Marie Legrand, chargée de communication auprès de Manpower en France. "Nous coopérons pleinement", ajoute-t-elle.

Numéro deux de la branche en France, le groupe néerlandais Randstad a confirmé jeudi dans un communiqué séparé être également visé. Il coopère ouvertement avec l'autorité et se dit confiant que "les conclusions de l'enquête seront positives".

Amende de plus de 50 millions de francs

En 2009 déjà, Adecco ainsi que ses concurrents Manpower et Vedior s'étaient vus épingler en France pour entente. La société de Chéserex (VD) avait alors écopé d'une amende de plus de 50 millions de francs, au terme d'une enquête démarrée en 2004.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes