Adecco augmente son bénéfice net de 61% au 3e trimestre

Adecco a fait bondir sa rentabilité au 3e trimestre 2013 malgré un chiffre d'affaires à nouveau en repli. Le numéro un mondial du placement de personnel a enregistré un bénéfice net de 191 millions d'euros (235 millions de francs), soit une progression de 61% sur un an.

Le résultat opérationnel a augmenté de 33% à 263 millions d'euros, a indiqué Adecco dans un communiqué. A taux de change constants, la hausse ressort à 41%. Le groupe tire profit de sa stricte gestion des coûts.

Quant au chiffre d'affaires, il a pourtant reculé de 5% par rapport au 3e trimestre 2012 pour s'inscrire à 5,03 milliards d'euros. Adecco a toutefois été pénalisé par des effets de change défavorables. Hors effets monétaires, les ventes sont restées stables.

Embellie en vue

"Nous avons livré une solide performance au 3e trimestre", a commenté le patron de la multinationale Patrick De Maeseneire, cité dans le communiqué. "Avec la plupart des économies européennes qui sont en train de sortir de récession, nous prévoyons une augmentation de la demande en main-d'oeuvre flexible", a ajouté le Belge.

Adecco a renoué avec la croissance dans de nombreux pays européens, alors que l'entreprise avait subi de plein fouet l'an dernier la crise de l'emploi dans l'Union européenne. La reprise en Italie, en Allemagne et en Espagne est particulièrement encourageante, note Patrick De Maeseneire.

Marché français

Le marché français, qui représente pas moins du quart des recettes du groupe, continue de souffrir, bien que le recul de l'activité se soit sensiblement atténué. Le chiffre d'affaires dans l'Hexagone a accusé une baisse de 5% à taux de change constants pour atteindre 1,28 milliard d'euros.

L'Amérique du Nord continue de montrer une évolution favorable, en hausse de 3% à 950 millions d'euros. Les revenus au Royaume-Uni et en Irlande affichent quant à eux une croissance plus modérée.

Le groupe ajoute avoir renoué avec la croissance en octobre, alors que les recettes accusaient en septembre une baisse de 1% à taux de change constants. Le géant du travail temporaire entend continuer à maintenir ses coûts sous contrôle.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus