Berne appelle les voyageurs à la prudence en Egypte

La Confédération appelle les voyageurs suisses à la prudence en Egypte. Elle leur recommande d'observer "une attitude de retenue", et notamment de "se tenir à l'écart des rassemblements de foule et des manifestations en tout genre".

De nouveaux rassemblements et des grèves sont à prévoir, principalement au Caire et dans les autres grandes villes, écrit le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans ses conseils aux voyageurs actualisés samedi, à la veille de nouvelles manifestations contre le président égyptien Mohamed Morsi.

"Des troubles locaux peuvent entraver les déplacements et il peut être nécessaire pour les voyageurs de modifier leur programme à court terme", écrivent les services de Didier Burkhalter.

Le DFAE exhorte les voyageurs à s'informer dans les médias sur la situation actuelle, à se conformer aux instructions des services d'ordre et à rester en contact avec leurs tour opérateurs.

Sur sa page internet, l'ambassade de Suisse au Caire rappelle que le pays "traverse des changements politiques radicaux" et que "les développements de la situation sécuritaire restent incertains".

Depuis 2011, les grandes villes sont souvent le théâtre de manifestations et d'affrontements sanglants, voire mortels, avec les services de sécurité. La situation s'apaise par moments, mais les tensions politiques persistent, ajoute le DFAE.

Armée présente

Un calme relatif régnait samedi en Egypte, après les affrontements qui ont fait trois morts, dont un étudiant américain, vendredi. Les heurts ont été surtout violents à Alexandrie entre pro et anti-Morsi.

L'armée s'est déployée massivement dans les rues des grandes villes et a prévenu qu'elle ne resterait pas les bras croisés si la confrontation entre libéraux et islamistes devait dégénérer.

Dimanche, l'opposition a appelé à une grosse manifestation dans la capitale afin de réclamer la démission du président islamiste Mohamed Morsi, une année après sa prise de pouvoir.

Soutenu par des hommes politiques et des mouvements d'opposition, le mouvement Tamarrod ("rébellion" en arabe) assure quant à lui avoir réuni au cours des dernières semaines 22 millions de signatures pour réclamer la tenue d'une élection présidentielle anticipée.

A noter que plusieurs députés sortants, favorables à la laïcité, ont démissionné samedi du Conseil consultatif égyptien (la Choura) pour afficher leur soutien aux opposants.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus