Attentat en France: le niveau d'alerte maximum étendu à la Picardie

L'étau semblait se resserrer jeudi dans une France en deuil autour des tueurs des membres de la rédaction du journal satirique "Charlie Hebdo". Craignant que les deux suspects ne passent de nouveau à l'action, les autorités françaises ont fait appel à toutes leurs ressources pour les retrouver.

Des milliers de policiers, gendarmes et enquêteurs ont été mobilisés pour retrouver les deux principaux suspects, a indiqué le Premier ministre Manuel Valls. Ils ont été identifiés par la police comme étant les frères Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans, nés à Paris et de nationalité française.

Près de Villers-Cotterêts

Leur traque se concentrait dans une région à environ 80 km au nord-est de Paris. Les forces de police et de gendarmerie se sont notamment déployées en début d'après-midi près de Villers-Cotterêts, où les deux suspects ont été signalés, un peu moins de 24 heures après l'attaque qui a fait douze morts.

Ils avaient été repérés dans la matinée par le gérant d'une station-essence, qui les a "formellement reconnus". "Cagoulés, avec kalachnikov et lance-roquettes apparentes", selon une source policière. Les fugitifs n'ont apparemment plus de voiture. Mais le ratissage policier dans un secteur qui fait des centaines de km2, de surcroît très forestier, risque d'être long et compliqué.

Pas de localisation

Au ministère de l'Intérieur, on souligne toutefois qu'il n'y a "pas de localisation" des suspects. Et, contrairement à ce qu'affirment certains médias, la voiture des suspects n'a pas été retrouvée dans la région. "Il y a des témoignages qui laissent penser que (...), donc on continue de creuser la piste", a ajouté cette source.

L'un des frères, Chérif Kouachi, est un djihadiste connu des services antiterroristes français. Il a été condamné en 2008 à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants pour Al-Qaïda en Irak.

De source policière, on confirme que la carte d'identité de l'un des suspects a été retrouvée dans la Citroën C3 qu'ils ont abandonnée dans leur fuite près de la porte de Pantin à Paris, quelques dizaines de minutes après la tuerie à "Charlie Hebdo".

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus