Edward Snowden demande l'asile politique à la Russie

L'ex-informaticien du renseignement américain Edward Snowden a demandé l'asile politique en Russie, a déclaré lundi un responsable des services consulaires russes. Recherché par les Etats-Unis pour espionnage, l'homme serait toujours réfugié dans un aéroport de Moscou. Plusieurs pays européens s'insurgent contre les pratiques américaines en matière d'espionnage.

"Dimanche à 22h30, la citoyenne britannique Sarah Harrison s'est présentée au service consulaire à l'aéroport de (Moscou)- Cheremetievo et a transmis une demande d'asile politique de Snowden" en Russie, a déclaré un responsable consulaire de cet l'aéroport.

Sarah Harrison est une employée du site internet WikiLeaks qui a accompagné Edward Snowden au cours de son voyage le 23 juin dernier en provenance de Hong Kong, où il s'était rendu dans un premier temps après avoir fait des révélations explosives sur les programmes de surveillance des télécommunications américains.

Plus tôt dans la journée de lundi, Vladimir Poutine avait indiqué que son pays ne "livre jamais personne" mais la Russie a procédé à des échanges dans le passé, a-t-il dit. Le président russe était précisément interrogé sur le sort réservé à Snowden, qui aux dernières nouvelles est toujours dans un aéroport de Moscou.

Comme Sakharov

Il a ajouté qu'Edward Snowden pouvait rester en Russie s'il "cessait de faire du tort" "à nos partenaires américains". "Peu importe que cela puisse paraître étrange venant de ma part", a déclaré M. Poutine, lui-même ex-agent du KGB. Il a également réaffirmé que les services russes ne travaillaient pas avec le fugitif américain.

Edward Snowden "se considère comme un défenseur des droits humains, un nouveau dissident, quelque chose comme Andreï Sakharov", a encore déclaré M. Poutine, évoquant le célèbre dissident soviétique.

Pression de l'Elysée

François Hollande a demandé pour sa part aux Etats-Unis qu'ils cessent "immédiatement" leur espionnage de l'Union européenne, à la suite de nouvelles révélations dans la presse quant aux pratiques américaines d'espionnage. "Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés", a souligné le président français.

"Nous demandons que cela cesse immédiatement", a ajouté M. Hollande. "On ne peut avoir de négociations ou de transactions sur tous domaines qu'une fois obtenues ces garanties, pour la France mais ça vaut pour toute l'UE, tous les partenaires des Etats-Unis", a-t-il ajouté, dans une allusion aux négociations qui doivent s'ouvrir en juillet entre les Etats-Unis et l'UE sur une zone de libre-échange transatlantique.

Kerry botte en touche

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a de son côté déclaré lundi à l'adresse de son homologue européenne Catherine Ashton que la recherche d'informations sur d'autres pays n'était "pas inhabituelle". Mais il a refusé de faire un commentaire sur la controverse provoquée par les allégations d'espionnage des institutions de l'UE.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes