Employés Suisse revendique une hausse des salaires de 1,5% à 2%

Employés Suisse a donné le coup de l'envoi à la saison des négociations salariales. L'organisation réclame une hausse moyenne des salaires de 1,5% au minimum, en particulier pour les bas et moyens revenus, et de 2% au moins dans l'industrie pharmaceutique.

Cette branche se porte "nettement mieux" que le secteur de la chimie, d'où cette différenciation des revendications, a expliqué devant les médias à Zurich Stefan Studer, directeur de l'association qui compte quelque 21'000 membres. L'horlogerie aussi a connu "une évolution très positive".

En revanche, l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) pâtit toujours de l'appréciation du franc. Elle se redressera, du reste, l'an prochain, selon les estimations de BAKBASEL sur lesquelles s'appuie Employés Suisse. L'institut bâlois prévoit une embellie de 2%.

Economie suisse "robuste"

Sur la base de ces perspectives conjoncturelles positives, nos revendications se justifient, selon Stefan Studer. Malgré tous les symptômes de la crise, l'économie helvétique se révèle "robuste", grâce à la conjoncture intérieure, relève-t-il.

En sus de l'industrie MEM et de la chimie-pharma, Employés Suisse souhaite désormais s'ouvrir à toutes les branches. L'organisation entend défendre, de surcroît, la classe moyenne particulièrement.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus