Entente sur les prix: douze entreprises zurichoises sanctionnées

La Commission de la concurrence (COMCO) sanctionne douze entreprises de construction du canton de Zurich pour entente sur les prix. L'amende s'élève en totalité à un demi-million de francs.

Les faits reprochés se sont produits entre 2006 et 2009. Les entreprises sanctionnées se sont concertées sur le prix des offres pour une trentaine de soumissions et ont déterminé qui remporterait l'adjudication, a indiqué mardi la COMCO dans un communiqué.

Le volume de soumissions concerné par ces accords s'élève à presque 13 millions de francs. L'enquête a été ouverte par des perquisitions en 2009 simultanément à celle concernant le canton d'Argovie.

Le gendarme de la concurrence a calculé les amendes à l'aide du chiffre d'affaires des soumissions, pour lesquelles les entreprises ont remporté le marché. Il a considéré la gravité des restrictions à la concurrence tout comme le nombre de participations.

L'entreprise qui a reçu la plus forte amende est Walo Bertschinger. Elle s'est élevée à 124'000 francs. La sanction la moins élevée est de 3000 francs et a été infligée à Egli Bau.

Enquêtes dans d'autres cantons

La COMCO a renoncé entièrement à sanctionner une entreprise qui s'est auto-dénoncée après la perquisition et a très bien coopéré.

La lutte contre les cartels de soumission représente une priorité pour la COMCO. Dans le canton d'Argovie, 17 entreprises ont été sanctionnées début 2012 pour des amendes totales de quelque 4 millions. Les sanctions étaient allées de 3748 francs à 1,44 million.

D'autres enquêtes dans le domaine sont actuellement en cours. Elles concernent la construction des routes et le génie civil dans les cantons des Grisons et de St-Gall.

Implenia sous enquête

Implenia figure parmi les entreprises concernées. Le numéro un suisse de la construction avait ouvert une enquête interne l'automne passé.

Impliqué à St-Gall également, Implenia avait déclaré qu'elle allait coopérer pleinement avec les autorités de la concurrence afin de clarifier la situation. Le meneur de la construction avait déclaré avoir une "politique de tolérance en la matière". Dans le canton d'Argovie, Implenia avait dû pourtant verser une amende de 591'000 francs.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus