Le français Lafarge et le st-gallois Holcim unissent leurs forces.

Deux des plus grands acteurs de l'industrie du ciment et matériaux de construction, le français Lafarge et le saint-gallois Holcim, unissent leurs forces. Pour affronter les changements dans leur branche, ils donneront naissance l'an prochain à LafargeHolcim, le numéro un mondial du secteur. Le géant restera établi à Jona.

Les deux groupes, qui ont dévoilé vendredi mener des discussions approfondies quant à une fusion n'ont donc pas traîné avec l'annonce lundi dans un communiqué commun d'une fusion "entre égaux". L'opération, la plus importante en Europe après le mariage l'an passé de Glencore et Xstrata, prendra la forme d'une offre publique d'échange lancée par Holcim.

En attente d'un feu vert

A cet effet, la multinationale établie à Jona (SG) et dont le siège opérationnel se trouve à Zurich, offrira aux actionnaires de Lafarge un titre Holcim pour chaque action Lafarge en leur possession. Mais au préalable, la transaction, dont la finalisation est prévue au premier semestre 2015, devra recevoir le feu vert des autorités de la concurrence.

LafargeHolcim constituera un colosse de l'industrie du ciment, un secteur encore fortement fragmenté et aussi marqué par des surcapacités. Outre les deux multinationnales helvétique et française, la branche compte aussi comme importants acteurs le mexicain Cemex ou encore l'allemand HeidelbergCement et l'italien Italcementigroup.

Convergences

Devant la presse à Zurich, Rolf Soiron, le président sortant du conseil d'administration de Holcim, a précisé avoir rencontré pour la première fois le patron de Lafarge, le Français Bruno Lafont, en janvier. Des champs de convergences ont pu être identifiés, tant au niveau de la stratégie, de la gestion et de la création de valeur pour toutes les parties, a-t-il noté.

Présent dans 90 pays, LafargeHolcim dégagera un chiffre d'affaires de 33 milliards de francs, dont 60% dans les pays émergents. Cette vaste empreinte géographique permet aussi d'équilibrer les risques.

Dirigé par Bruno Lafont

Lafarge est détenu par la société de participations belge Groupe Bruxelles Lambert (GBL) avec une part de 21% et la holding NNS de l'homme d'affaires égyptien Nassef Sawiris, le frère de Samih Sawiris, propriétaire du groupe immobilier Orascom (14%).

Le futur numéro un mondial du ciment sera dirigé par l'actuel patron de Lafarge, Bruno Lafont.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes