Klaus Schwab se plaint du manque d'hospitalité à Davos

A deux semaines du début du Forum économique mondial (WEF) de Davos, son fondateur Klaus Schwab se plaint de l'accueil réservé aux hôtes de la station grisonne. L'hospitalité n'est pas l'apanage de tous les habitants, estime-t-il dans une interview à la "Schweiz am Sonntag".

Celui qui se rend à Davos doit se sentir bien accueilli et non comme "une vache à lait", déclare M. Schwab dans l'hebdomadaire alémanique. Il ne suffit pas de construire des hôtels et de développer des infrastructures. Il faut mettre en place une "vraie mentalité" d'hospitalité. De nombreux participants du WEF se sont plaints à la suite d'expériences négatives, selon M. Schwab.

La tenue du WEF dans les Grisons n'est pas gravée dans le marbre. L'Allemand, citoyen d'honneur de Davos, veut rester fidèle à la station, mais il y a des limites, dit-il. La concurrence internationale est grande. La fidélité à Davos ne dépend pas de lui, mais des participants du forum qui doivent s'y sentir bien.

La crise européenne restera au coeur des discussions du WEF cette année. "Le patient est dans un état stable, mais il n'a pas encore recouvré la santé", explique M. Schwab. Il pourrait aussi rechuter. Si l'Espagne et l'Irlande ont mis en place des réformes, la France et l'Italie ne sont pas encore allées assez loin.

/ATS


Actualisé le