L'acceptation du système d'assurance maladie en danger

Le directeur général de l'assureur maladie Concordia Nikolai Dittli réclame une table ronde de tous les acteurs de la santé pour garder sous contrôle la hausse des coûts. Il identifie un potentiel d'économie dans les prix des médicaments et les hôpitaux.

"Si cela continue, nous courons le risque que la population n'accepte plus notre système d'assurance actuel", a déclaré Nikolai Dittli dans un entretien à la "Zentralschweiz am Sonntag". L'évolution des coûts devient de plus en plus un problème pour la population.

Outre les assureurs, les cantons et les prestataires de services tels que les hôpitaux et les laboratoires pharmaceutiques ont une responsabilité, estime-t-il.

Prix des médicaments en question

Des économies pourraient être réalisées en particulier sur les prix des médicaments. "Nous estimons qu'il existe encore 300 à 400 millions de francs d'économies supplémentaires, si les médicaments génériques étaient prescrits de façon plus conséquente. En outre, un demi-milliard pourrait être économisé sur les marges commerciales.

Une autre approche concerne les hôpitaux. "Nous avons encore trop de lits d'hôpitaux", souligne-t-il. Des fermetures sont toutefois exclues. A la place, il faut créer des centres de compétences, propose le patron de Concordia.

Nikolai Dittli pointe du doigt de mauvaises incitations dans le financement hospitalier. De plus en plus de traitements pré- et postopératoires sont transférés dans le domaine ambulatoire pour optimiser les recettes des hôpitaux, critique-t-il. Cela conduit à des hausses de primes, selon lui.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus