L'entreprise fribourgeoise Ilford sort la tête de l'eau

Les dirigeants d'Ilford Imaging remportent une victoire importante dans leurs efforts pour sauver l'entreprise fribourgeoise. Le juge en charge du cas a classé la procédure d'insolvabilité et l'audience prévue le 16 septembre est annulée.

Le président du Tribunal civil de la Sarine l'a annoncé mercredi soir dans un bref communiqué. Ilford Imaging, redimensionnée avec cet automne 130 employés et un chiffre d'affaires de 30 millions de francs, a encore du pain sur la planche mais peut respirer.

La société basée à Marly et spécialisée dans les technologies de l'image avait frôlé la faillite cet été après avoir été lâchée par son propriétaire britannique Paradigm Global Partners. A court de liquidités, elle n'avait pas pu verser les salaires de juin.

Il s'en est suivi une course contre la montre: les chefs du site fribourgeois ont pris en main le destin de l'entreprise, confiants dans la valeur de ses employés et de son savoir-faire. Ils ont d'abord cherché un repreneur, mais comme le temps pressait, ils ont racheté eux-mêmes Ilford Imaging pour la remettre sur les rails.

Restructuration

Le retour vers la solvabilité ne s'est pas fait sans douleur: le directeur général Paul Willems et le directeur financier Jean Marc Métrailler ont lancé une restructuration impliquant la suppression d'une centaine d'emplois sur les 230 que la société comptait en juin.

Ils ont aussi vendu des terrains. Parallèlement, ils s'appliquent à développer leurs relations commerciales, avec, qui sait, la perspective de décrocher des investissements de la part de certains partenaires chez lesquels ils ont décelé de l'intérêt.

Ancien fleuron de l'industrie à l'époque où la photo argentique était encore la norme, le groupe britannique Ilford était célèbre pour ses films et papiers photo haut de gamme. Il a décliné lors du virage vers la photo numérique.

Le site de Marly a dû se réinventer, développer de nouveaux produits et marchés. Mais il est passé en mains étrangères au cours de la dernière décennie, et a vu ses effectifs se réduire comme peau de chagrin au fil des ans.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus