La FED réduit son aide monétaire

La Banque centrale américaine (FED) a décidé mercredi pour la cinquième fois consécutive de réduire son soutien monétaire à l'économie des Etats-Unis. Elle laisse toutefois ses taux inchangés.

Le Comité de politique monétaire (FOMC) va diminuer de 10 milliards de dollars ses injections de liquidités pour les porter à 35 milliards de dollars mensuels, selon un communiqué.

La Réserve Fédérale estime également que la croissance économique des Etats-Unis a enregistré "un rebond" au cours des derniers mois.

A partir de juillet, la FED achètera pour 15 milliards de dollars de créances immobilières par mois au lieu de 20 milliards, ainsi que des bons du Trésor pour 20 milliards au lieu de 25 milliards.

Taux d'intérêt bas à long terme

Les taux d'intérêt au jour le jour restent proches de zéro, comme ils le sont depuis fin 2008. La banque centrale se rapproche de la clôture de son programme d'achats d'actifs destiné à soutenir la reprise. A ce rythme de réduction, il devrait s'éteindre à la fin de l'année, si l'économie le permet.

La FED a commencé en janvier à réduire ses achats de titres destinés à pousser les taux d'intérêt à la baisse, favorisant les investissements et la consommation.

Comme lors de ses précédentes réunions, le Comité de politique monétaire affirme que le niveau très bas des taux d'intérêt pourrait le rester "pendant une période de temps considérable" après la fin du programme d'achats d'actifs, spécialement si l'inflation reste sous l'objectif de 2 %.

Les membres du Comité réaffirment qu'une politique monétaire "hautement accommodante demeure appropriée".

Au premier trimestre, l'économie américaine s'est contractée (-1 %) après un hiver particulièrement rigoureux.

Taux de chômage inférieurs

Le FOMC a par ailleurs drastiquement réduit ses projections de croissance pour 2014 qu'il évalue à entre 2,1 % et 2,3 % au total au lieu de 2,8 % et 3 % en mars. Pour 2015, la FED reste optimiste avec une croissance de 3 % à 3,2 %.

Le taux de chômage devrait aussi être plus bas, selon la FED, qui l'inscrit à entre 6 % et 6,1 % en 2014 (contre 6,1 % à 6,3 %). Le taux de chômage s'établit déjà à 6,3 % en mai. Sa projection d'inflation est quasiment inchangée entre 1,5 % et 1,7 % (contre 1,5% et 1,6 %). Les membres du Comité monétaire ont voté ces décisions à l'unanimité.

"L'activité économique croîtra à un rythme modéré et les conditions du marché du travail continueront de s'améliorer progressivement", indique la banque centrale dans un communiqué. "Les dépenses des ménages semblent augmenter modérément et l'investissement productif des entreprises a repris son avancée", ajoute-t-elle.

La FED a maintenu inchangées ses prévisions de croissance de 2015 et 2016, entre 3,0 % et 3,2 % et entre 2,5 % et 3,0 % respectivement, et projette une baisse du chômage plus marquée, ainsi qu'une inflation qui resterait modérée.

/ATS


Actualisé le