La zone euro est officiellement sortie de récession au 2e trimestre

La zone euro est officiellement sortie de récession au deuxième trimestre. Elle a enregistré un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 0,3%, a indiqué mercredi l'office européen des statistiques Eurostat en publiant une première estimation de cet indicateur.

C'est mieux qu'attendu: les analystes tablaient initialement sur un PIB en hausse de 0,2% sur la période d'avril à juin, après six trimestres consécutifs de repli correspondant à la plus longue phase de récession de l'histoire de la zone euro.

Cette bonne surprise est liée aux chiffres de croissance allemand et français, publiés mercredi matin, qui sont tous deux ressortis au-delà des attentes.

En Allemagne, la croissance a accéléré de 0,7% au printemps, grâce à un effet de rattrapage après un premier trimestre atone. La consommation, et surtout les investissements, ont nettement contribué à ce regain d'activité qui replace la première économie européenne en position de locomotive pour l'ensemble de la zone euro.

Bonnes nouvelles

Mais c'est de France qu'est venue la surprise: non seulement la deuxième économie de la zone euro est sortie de récession, mais elle a également enregistré un rebond plus important qu'attendu de son activité (à 0,5% contre 0,2% prévu initialement). Il s'agit du sursaut le plus important de l'économie française depuis le premier trimestre 2011.

Autre bonne nouvelle: le Portugal est sorti de récession au deuxième trimestre, avec un bond de 1,1% de son PIB pour la première fois depuis plus de deux ans.

Trop tôt pour crier victoire

Mais il est encore trop tôt pour crier victoire, soulignent les analystes. Si "la zone euro est bien sortie de récession, la crise de la dette dans les pays les plus fragiles n'a pas atteint son terme", estime Jonathan Loynes, du cabinet Capital Economics.

Même s'il y a des signes d'amélioration en Italie (-0,2% de PIB) et en Espagne (-0,1% du PIB), les deux pays sont encore en récession au printemps. A Chypre, l'activité s'est encore repliée de 1,4% au deuxième trimestre, après une baisse de 1,7% au trimestre précédent.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus