Le PIB de la Suisse progresse de 2% sur douze mois

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse, tiré par les exportations et la construction, a augmenté de 0,5% au premier trimestre 2014 par rapport au précédent. Toujours robuste, la demande intérieure a néanmoins faibli (-1,6%). Sur douze mois, la croissance économique s'inscrit à 2%, en accélération.

La balance commerciale des biens et services, ainsi que les investissements dans le secteur de la construction, ont constitué les ressorts de la dynamique entre janvier et mars, a expliqué mercredi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Selon les experts de l'institut de recherches économiques BAKBASEL, le premier trimestre 2014 a profité d'effets exceptionnels, tant dans les exportations que dans la construction.

Déçus par la consommation privée et les investissements en biens d'équipement, les analystes s'interrogent sur l'accélération prédite pour les prochains mois.

Reprise des exportations

"Après une forte consommation et de plus faibles exportations, la situation s'est inversée", analyse Bernard Lambert, chef économiste de Pictet Wealth Management, qui parle de "rattrapage". Les dépenses des ménages se "normalisent", les ventes vers l'étranger prennent le relais.

Les livraisons à l'étranger de biens et services ont crû de 2,2% d'un trimestre à l'autre, soutenues par la chimie-pharma et les ventes de véhicules. En revanche, celles de l'horlogerie, de la bijouterie, des instruments de précision, des machines et appareils électroniques ont légèrement fléchi.

Côté production, l’industrie manufacturière, le commerce de gros ainsi que les services financiers ont le plus contribué à la croissance du PIB. Mais les secteurs de l’énergie et de l’eau, de l’hôtellerie-restauration et des activités immobilières ont perdu en valeur ajoutée.

/ATS


Actualisé le