Le Valais au chevet de ses châtaigneraies

Le Valais appelle les collectivités publiques et les particuliers à prendre soin de leurs châtaigneraies. Les domaines concernés peuvent bénéficier de subventions fédérales et cantonales. Mais l'aide financière ne peut malheureusement rien contre une guêpe chinoise qui affaiblit tous les peuplements du canton.

Le Valais s'est engagé auprès de la Confédération, via un programme-cadre allant de 2012 à 2015, à restaurer durant cette période 15 hectares de châtaigneraies sur les 157 que compte le canton, a indiqué vendredi l'Etat du Valais dans un communiqué.

Le propriétaire qui souhaite entamer des travaux d'entretien dans sa châtaigneraie peut adresser sa demande au canton. Si elle est acceptée, il pourra bénéficier d'une subvention fédérale qui s'élève à 20'000 francs par hectare et d'une aide cantonale similaire.

Les travaux d'entretien consistent en principe à éliminer les plantes et les arbres concurrents qui se sont progressivement installés dans la châtaigneraie. Les châtaigniers sont taillés et greffés et de nouveaux arbres plantés.

"Avec le soutien du Groupement châblaisien des propriétaires de châtaigneraies, 586 nouveaux châtaigniers ont été replantés depuis 2002 dans la région du Bas-Valais et 140 dans le Haut-Valais", souligne l'Etat du Valais.

Affaiblis par une guêpe chinoise

La restauration des châtaigneraies passe aussi par la lutte contre les parasites, comme le chancre. Mais il est un mal impossible à éradiquer pour l'instant: le cynips. Cette guêpe chinoise cause l'apparition de galles sur les jeunes pousses du châtaignier et affaiblit l'arbre et sa production.

"Lors des premiers relevés effectués en 2011, nous avons constaté que seuls les châtaigniers du Chablais étaient touchés. Actuellement, cent pour cent des peuplements du canton sont concernés", a indiqué à l'ats Céline Müller, cheffe de la section conservation des forêts à l'Etat du Valais.

Le parasite se répand très vite. Des moyens pour l'éradiquer sont testés en France et en Italie et sont observés par la Suisse.

/SERVICE


Actualisé le