Le Valais devient un laboratoire grandeur nature de la mobilité

Le Valais devient une place d'expérimentation grandeur nature pour des projets de mobilité. Plusieurs solutions innovantes seront testées au cours des cinq prochaines années à des fins publiques.

Le canton du Valais, la ville de Sion, l'EPFL, la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) et La Poste ont signé mardi un contrat d'une durée de cinq ans qui consacre un laboratoire de la mobilité. L'organisation est virtuelle et s'appuie sur les ressources et les compétences des partenaires, a expliqué le coordinateur Philippe Cina.

Quatre projets pour démarrer

Le laboratoire démarre avec quatre projets. A l'échelle de l'agglomération de Sion, le laboratoire va analyser les usages et pratiques de mobilité. Les partenaires veulent ainsi disposer de données sur l'offre et la demande.

Le second projet veut développer une solution de ticket électronique qui permettrait de voyager sans titre de transport. La facturation s'effectuerait a posteriori par le biais du téléphone portable avec lequel le client s'est connecté au wifi du moyen de transport.

Un troisième projet vise à optimiser la gestion et les performances de systèmes de mobilité partagée comme les vélos en libre-service. Et le quatrième projet touche le développement du covoiturage.

Le financement se fera par phase d'avancement des projets. Selon les résultats initiaux, le projet se poursuit et des partenariats sont alors recherchés.

Que des avantages

Les cinq partenaires ne voient que des avantages dans ce laboratoire de la mobilité. L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et la HES-SO pourront mêler recherche et expérimentation. Les deux écoles espèrent aussi attirer des partenaires internationaux sur ce terrain de jeu, a déclaré André Schneider, vice-président de l'EPFL.

"Une opportunité unique de simuler les transports publics de demain", selon Susanne Ruoff, directrice générale de La Poste Suisse. "On peut développer de nouveaux projets en théorie et en pratique".

Le conseil d'Etat valaisan est de son côté convaincu que le Valais est "le lieu idéal" pour un tel laboratoire, a dit son président Jean-Michel Cina. Quant à la ville de Sion, son projet d'agglomération, validé par la Confédération, est axé autour de la mobilité.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes