Le chômage dans le monde va continuer d'augmenter (BIT)

Le chômage va continuer d'augmenter dans le monde jusqu'en 2015, a affirmé lundi le BIT. La reprise est très inégale et il manque 30,7 millions d'emplois en 2013 pour retrouver le niveau d'emploi d'avant la crise en 2008.

Quelque 201,5 millions de personnes sont au chômage dans le monde (6% de la population active). Elles seront 205 millions en 2014 et 208 millions en 2015, selon les projections du Bureau international du travail (BIT).

Plus de 30 millions d'emplois manquent pour retrouver le taux de chômage d'avant la crise (5,4%), dont 16,7 millions de nouveaux emplois nécessaires pour absorber les jeunes arrivant sur le marché du travail en 2013.

"La reprise est très inégale. La majorité des économies développées sont encore dans une situation de crise", a affirmé Raymond Torres, directeur de l'Institut international d'études sociales du BIT, en présentant le rapport sur le travail dans le monde à l'occasion de l'ouverture mercredi de la conférence internationale du travail.

"L'évolution est positive dans plusieurs régions du monde en développement, mais le tableau est inquiétant pour de nombreux pays à haut revenu. Dans certains pays européens, en particulier, la situation commence à mettre à rude épreuve le tissu économique et social", a averti le directeur général du BIT Guy Ryder.

Hausse des inégalités

Les inégalités de revenus ont augmenté entre 2010 et 2011 dans 14 des 26 économies avancées, dont la France, les Etats-Unis, l'Espagne, le Danemark. Le rapport montre que les classes moyennes de nombreuses économies avancées régressent, au détriment de la consommation.

En Espagne, les ménages à revenus intermédiaires ne représentent plus que le 46% contre 50% en 2007. Aux Etats-Unis, les 7% les plus riches de la population ont vu leurs revenus nets moyens augmenter et passer de 56 à 63% du total entre 2009 et 2011, alors que les revenus des 93% autres Américains a décliné.

Le BIT souligne que l'incapacité à transformer les profits en investissements réels dans les pays industrialisés ralentit la reprise de l'emploi. Le rapport constate que les pays riches ont contribué à hauteur d'à peine un tiers de l'investissement mondial en 2012, contre plus de 60% en 2000.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes