Le directeur général de Swisscom Carsten Schloter retrouvé mort

Le directeur général de Swisscom, Carsten Schloter, 49 ans, a été retrouvé mort mardi matin à son domicile de la région de Fribourg. Selon les premiers éléments de l'enquête, la police privilégie la thèse du suicide.

La disparition de M. Schloter a causé une grande stupeur au sein de l'opérateur de télécommunications détenu majoritairement par la Confédération. "Le conseil d'administration, la direction et les employés du groupe sont profondément affligés. Nous présentons à la famille et aux proches nos plus sincères condoléances", a dit Hansueli Loosli, président du conseil d'administration.

La conseillère fédérale Doris Leuthard a appris "avec une grande consternation" le décès inattendu du directeur général de Swisscom. Elle tient à adresser ses plus sincères condoléances à la famille du défunt et à lui exprimer sa plus grande compassion dans ces moments difficiles.

Un patron disponible

"Carsten Schloter est parvenu à positionner Swisscom avec succès sur un marché hautement concurrentiel et en constante évolution, tout en renforçant le service public", a déclaré la cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC), citée dans un communiqué.

Au-delà, les premières réactions au sein du géant bleu et des commentaires en général mentionnent un patron proche des collaborateurs et disponible.

Carsten Schloter, de nationalité allemande mais maîtrisant parfaitement le français, à la faveur d'un parcours d'étudiant l'ayant emmené du côté de Paris, présidait la direction générale de Swisscom depuis sept ans et demi.

Intérim assuré par Schlaeppi

L'homme avait rejoint, en 2000, l'opérateur historique, coté en bourse depuis 1998, pour prendre initialement la direction de l'unité de téléphonie mobile (Swisscom Mobile). Dans son communiqué, Swisscom ajoute que la présidence de la direction générale est occupée par intérim par son suppléant Urs Schlaeppi.

La piste du suicide est privilégiée par la police, qui continue ses investigations. "Aucune autre information ne sera communiquée par respect pour la famille", précise Swisscom.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes