Le groupe chimique BASF supprime 350 emplois dans la région bâloise

Le groupe chimique allemand BASF supprime 500 emplois dans le monde, dont 350 dans la région bâloise, a-t-il annoncé mardi. Il justifie cette restructuration qui touche de plein fouet ses sites de Bâle et Schweizerhalle par des raisons de compétitivité.Les unités concernées sont celles des additifs pour plastiques, des pigments et des produits chimiques pour l'eau, le cuir et le textile, des activités fortement concurrencées depuis l'Asie, explique le groupe. La restructuration devrait être menée à terme d'ici fin 2015, a ajouté BASF."La décision de supprimer des emplois n'a pas été facile à prendre. Nous avons d'ores et déjà engagé des discussions avec les représentants du personnel et nous nous efforçons de trouver des perspectives d'emploi dans d'autres sociétés du groupe BASF au plus grand nombre de collaborateurs concernés possible", a déclaré Andreas Dür, directeur de BASF Suisse, cité dans un communiqué.Le nombre de licenciements qui seront finalement prononcés n'est pas encore défini, a indiqué un porte-parole de la firme à l'ats. BASF, qui avait acquis en 2008 l'essentiel des activités restantes de l'ex-Ciba Spécialités Chimiques pour 6,1 milliards de francs, occupe actuellement 2600 personnes en Suisse, dont près de la moitié dans la région bâloise.ConsternationL'annonce de mardi a suscité émotion et réprobation dans la région bâloise. Le gouvernement de Bâle-Ville s'est déclaré "consterné" par la décision du groupe allemand. Il en appelle à BASF pour que la firme propose un plan social "généreux".Plus grand groupe chimique du monde, BASF occupe quelque 110'000 personnes au total. L'an dernier, il a réalisé un chiffre d'affaires de 72,1 milliards d'euros (88 milliards de francs) et un bénéfice opérationnel (EBIT) de près de 7 milliards d'euros. /SERVICE


Actualisé le