Le juge Griesa appelle l'Argentine et ses créanciers à négocier

Le juge fédéral américain Thomas Griesa a ordonné vendredi à l'Argentine et à deux de ses créanciers de continuer à chercher une solution au litige les opposant. Celui-ci a abouti à un défaut de paiement partiel du pays.

"Nous nous remettons au travail", a souligné le juge Griesa, lors d'une audience à New York qu'il a convoquée deux jours après l'échec des négociations entre Buenos Aires et deux fonds spéculatifs américains.

Le juge a par ailleurs rejeté une demande des avocats de l'Argentine de trouver un remplaçant au médiateur nommé par la justice, Daniel Pollack, Buenos Aires disant ne plus avoir confiance en lui après ses déclarations faites dans la foulée de l'échec des négociations.

"Il faut arrêter avec toute idée de perte de confiance. Ce en quoi l'on peut avoir confiance c'est dans des propositions, des recommandations. C'est ce qui importe", a affirmé le juge lors de l'audience qui a duré un peu moins d'une heure. Aucune décision n'a été prise concernant les 539 millions de dollars (490 millions de francs) dus aux créanciers restructurés de l'Argentine.

Régler la dette aux fonds "vautours"

Cette somme, bien que versée par Buenos Aires le 26 juin, est bloquée dans une banque américaine car le juge a ordonné à l'Argentine de régler sa dette aux fonds "vautours" avant de procéder à tout remboursement de dette auprès des autres créanciers.

L'Argentine avait lancé mercredi et jeudi de lourdes accusations contre le juge Thomas Griesa et le médiateur Pollack nommé par ce dernier, et plus généralement mis en cause l'indépendance de la justice américaine, qu'elle accuse de bienveillance vis-à-vis des fonds "vautours" NML et Aurelius.

Pour la présidente Cristina Kirchner, l'Argentine n'est pas en défaut de paiement. "Nous avons la vocation de dialoguer mais nous devons défendre nos droits et les intérêts du pays (...). Que ce monde mette un frein aux fonds vautours et aux banques insatiables qui veulent s'enrichir avec une Argentine à genou", a-t-elle ajouté.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus