Le train Arica-La Paz fête un centenaire désenchanté

Cent ans après sa construction, le chemin de fer Arica-La Paz reste une prouesse d'ingénierie largement inutilisée. La ligne de 440 km reliant le Pacifique à la Cordillère des Andes fête ce siècle malgré des tensions diplomatiques entre le Chili et la Bolivie.Le mois dernier, devant la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, la Bolivie a déposé une plainte contre le Chili pour récupérer l'accès à l'océan Pacifique, perdu il y a plus de 130 ans. Le président chilien Sebastian Piñera a tenu a faire lundi une partie du trajet sur les quelque 200 km réhabilités côté chilien.En 2005, cette partie avait été rendue inutilisable par des glissements de terrain provoqués par les pluies et la faillite de la société privée gérant la ligne. Après 45 millions de dollars (43 millions de francs) d'investissements et deux années de travaux le chemin de fer est à nouveau en service mais de manière très partielle."Il n'a pas d'activité permanente. Depuis janvier nous ne faisons que des parcours test", a indiqué l'historien Hermann Mondaca. "Aucune démarche n'a été faite pour un transit permanent, rien n'est clair et rien ne fonctionne", a-t-il déploré.Le fonctionnement du chemin de fer est devenu une pomme de discorde supplémentaire entre le Chili et la Bolivie qui reproche à son voisin son manque de coopération."Le commerce La Paz-Arica (essentiellement soja, minéraux et bois) est transporté par camion", a indiqué Guillermo Pou Mont, président de la Chambre des exportateurs de Bolivie. Du temps de sa splendeur, le chemin de fer transportait jusqu'à 330'000 tonnes de marchandises par an.Les tensions entre la Bolivie et le Chili ont empêché également l'exploitation touristique de la ligne, qui n'a pas connu de passagers depuis une vingtaine d'années. "On pourrait acheter des locomotives modernes et desservir le tourisme entre les deux pays", estime M. Mondaca. Manque à gagnerLa Bolivie, pays andin et amazonien, est enclavée depuis plus de 130 ans après avoir perdu 120'000 km2 de son territoire, dont une bande de 400 km de littoral, à l'issue de la Guerre du Pacifique (1879-83) perdue, avec le Pérou, contre le Chili.Ce débouché perdu a causé un manque à gagner historique considérable à la Bolivie, aujourd'hui un des pays les plus pauvres d'Amérique du Sud.Aussi le "retour à la mer" est un thème clef en Bolivie, inscrit dans la Constitution. /SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus