Les Suisses vivent mieux de leur salaire que leurs voisins

Les Suisses peuvent encore vivre de leurs salaires tandis que leurs voisins dans les pays de l'OCDE doivent davantage chercher des compléments. Mais en Suisse aussi, la quote-part salariale devrait diminuer d'€™ici 2020.

Jusqu'ici, la Suisse occupe une position à part: de 1980 à 2012, la quote-part salariale est restée stable, alors qu'elle baissait dans la plupart des autres pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

C'est ce que révèle mardi une étude du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'EPF de Zurich, sur l'évolution de la quote-part salariale dans les pays de l'OCDE ces dernières décennies.

En Suisse, la part des salaires au total des revenus n'a jamais cessé de se situer entre 65 et 70%, selon cette étude, soutenue par le Fonds national suisse (FNS). Dans des pays tels que la France, l'Italie, le Japon, les Etats-Unis ou la Suède en revanche, la quote-part salariale est passée de 65 ou 70% à 55 ou 60% ces trente dernières années.

Salaires corrects: gage de cohésion sociale

Outre l'affaiblissement des syndicats, c'est surtout le recours accru à l'informatique et à Internet qui a fait baisser la quote-part salariale dans la plupart des pays de l'OCDE.

La Suisse a pu partiellement amortir l'effet de la révolution numérique grâce à son niveau d'instruction élevé: un nombre relativement élevé de travailleurs très qualifiés exécutent des tâches complexes sur l'ordinateur.

Secteurs à forte intensité de savoir

Une autre raison importante de l' "exception" suisse en matière de quote-part salariale tient, selon les chercheurs, à l'évolution de la composition des secteurs.

"La Suisse s'est spécialisée dans des secteurs à forte intensité de savoir dans l'industrie et les services, qui présentent des quotes-parts salariales supérieures à la moyenne", affirme Michael Siegenthaler.

Erosion en vue

Mais la Suisse ne va pas échapper à l'érosion. Les chercheurs supposent que l'informatisation du monde du travail va se poursuivre et que le pouvoir des syndicats va encore se réduire. De ce fait, la Suisse va probablement perdre en partie sa position spéciale: la quote-part salariale devrait diminuer d'ici 2020.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes