Les affaires des entreprises suisses se sont légèrement améliorées

Les entreprises suisses jugent la situation de leurs affaires majoritairement bonne, au terme du deuxième trimestre 2014. Elles sont, cependant, un peu moins optimistes qu'au printemps pour les six mois à venir.

L'économie suisse est globalement stable et présente des conditions favorables, relève le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) dans un communiqué. Mais elle manque d'impulsion.

Pour plus d'un tiers des 6000 entreprises interrogées, les affaires sont bonnes. Elles ne sont que 11% à juger leur situation mauvaise. Le reste des sondés est satisfait, indique devant la presse à Zurich Klaus Abberger, économiste aurprès du KOF.

Dans l'industrie de transformation, la situation des affaires se maintient à un niveau satisfaisant en juillet, selon les résultats de l'enquête conjoncturelle. Les entrées de commandes sont un peu plus élevées et les entreprises ont pu augmenter leur production en comparaison à l'été dernier.

Le taux d'utilisation des capacités demeure inchangé par rapport à la dernière enquête en avril. A 82% en valeur désaisonnalisée, il reste, toutefois, en dessous de la moyenne (84%).

La tendance à l'amélioration est un peu moins marquée dans les entreprises de bâtiment et les bureaux d'études. Même si dans ces deux secteurs, les patrons font état d'une bonne marche des affaires.

Moins de clients dans les magasins

Nette amélioration du côté des prestataires de services financiers et des assureurs. Les chercheurs zurichois avaient déjà mis en avant en avril une tendance favorable dans ces deux secteurs d'activité.

Les banques sont portées par leur clientèle indigène. "Les affaires avec la clientèle étrangère se sont dans le même temps stabilisées à un bas niveau, insatisfaisant", souligne Klaus Abberger. Le secteur compte sur une reprise de l'activité de banque d'affaires. Les assurances ne sont plus à leur niveau de 2013, mais restent optimistes.

Le climat s'est, en revanche, encore assombri dans le commerce de détail. Les clients se font plus rares ces derniers mois, observent les entreprises sondées par le KOF. Et, dans l'hôtellerie, la situation s'est dégradée pour la troisième fois consécutive.

Tensions géopolitiques

Globalement, les entrepreneurs se disent un peu moins confiants pour le reste de l'année par rapport à l'enquête du mois d'avril.

La crise en Ukraine a eu de fortes répercussions sur leur moral. Les sanctions contre la Russie ont directement impacté les affaires des entreprises suisses, mais aussi indirectement leurs relations avec l'étranger. En particulier avec l'Allemagne.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes