Les offres de locations moins longtemps en ligne autour du Léman

A Genève et Lausanne, les annonces en ligne d'appartements s'arrachent. Par contre, plus un logement compte de mètres carrés, plus il est difficile à louer. Pour les loyers qui dépassent 3500 francs bruts par mois, l'offre dépasse la demande.

D'avril à fin septembre, 24'000 logements demeuraient proposés en location sur les différents portails en ligne. Un tiers des appartements vacants se trouvait à Zurich contre respectivement 15% et 13% à Genève et Lausanne.

Par rapport à la période précédente, les annonces en lignes restent moins longtemps, en moyenne 21 jours contre 24 auparavant. La durée a augmenté uniquement à Lausanne.

Offre et demande analysées

Tels sont les principaux résultats de l'indice des appartements en ligne (OWI), publié pour la première fois mercredi. L'indicateur a été développé par l'Association suisse des professionnels de l'immobilier (SVIT), en partenariat avec l'Institut Suisse de l'Economie Immobilière basé à Zurich. Il constitue une alternative aux mesures traditionnelles, comme le taux de logements vacants situé à 1,08% au mois de juin.

L'indice se base sur la durée durant laquelle une annonce d'appartement à louer est publiée sur internet. "Le développement de l'offre et celui de la demande peuvent ainsi être estimés séparément, ce qui permet à la branche de mieux réagir", a indiqué mercredi la SVIT dans un communiqué.

Avec le taux de vacance des logements, on évalue seulement, tous les six mois, combien d'appartements libres sont annoncés aux autorités. Une analyse différenciée de l'offre et de la demande n'est alors pas possible, car on ne peut pas savoir combien de biens immobiliers sont recherchés et combien ont trouvé preneur.

Cinq pièces moins prisés

L'indice montre, en outre, que les temps de publication en ligne varient fortement d'un mois à un autre. Ils sont, cependant, les plus longs en juillet et en août dans la plupart des villes considérées.

"Plus le loyer est élevé, plus la présence sur Internet augmente", a indiqué à l'ats Simon Hubacher de la SVIT. On constate des temps d'annonce particulièrement longs pour les loyers bruts situés au-dessus de 3500 francs par mois.

Pour les appartements à loyer modéré, M. Hubacher se refuse à parler de crise du logement généralisée. L'indice a justement été conçu afin d'étudier chaque ville et chaque quartier de manière séparée afin d'éviter les généralisations abusives.

Genève et Zurich sont les seules villes analysées à proposer de nombreux appartements à partir de 2500 francs de loyer. Dans les autres cités, les logements à ce prix constituent un marché de niche. Les appartements de plus de 120 mètres carrés trouvent plus difficilement preneur. Idem pour ceux qui comptent cinq pièces ou plus.

/ATS


Actualisé le