Les salaires des managers augmentent encore et creusent l'écart

Les salaires des dirigeants d'entreprises les mieux payés se sont stabilisés à un très haut niveau ces dernières années, selon une étude du syndicat Travail.Suisse. L'an passé, ils ont même très fortement augmenté dans de nombreuses entreprises. De la sorte, les écarts salariaux se sont fortement creusés.

Les géants pharmaceutiques bâlois Novartis et Roche ainsi que les deux grandes banques UBS et Credit Suisse figurent en tête de classement en considérant l'écart entre la rémunération la plus élevée et la plus basse offerte par l'entreprise, constate l'étude présentée lundi à Berne. Pour ces entreprises ce rapport a atteint 1:100.

Sur les 27 sociétés considérées, Roche présente l'écart le plus important, soit 1:124. Le numéro deux helvétique du commerce de détail Coop s'illustre comme le seul groupe pour lequel ce rapport est inférieur à 1:12.

L'étude s'inscrit dans le contexte de l'initiative populaire des Jeunes socialistes "1:12 - Pour des salaires équitables". Le texte, sur lequel le peuple suisse est appelé à se prononcer le 24 novembre prochain veut empêcher que dans une même entreprise, un employé gagne moins en un an que son patron en un mois. Le Conseil fédéral et le parlement recommandent de le rejeter.

Perte de confiance

Un point de vue que ne partage pas Travail.Suisse: "Une décennie de ruée vers les bonus du côté du monde feutré des étages supérieurs ont miné la confiance de la population dans l'économie et ses organisations", a déclaré le président du syndicat, Martin Flügel, selon le texte de son discours. Désormais, il s'agit de partager équitablement les fruits de la croissance.

Et les résultats de l'étude sont décevants, même si depuis 2009 les écart de salaires dans les entreprises payant le mieux leurs dirigeants ne se sont plus aussi fortement creusés qu'entre 2002 et 2008. Il n'en reste pas moins que dans la plupart des firmes examinées, les rémunérations des managers ont fortement augmenté l'an passé.

/SERVICE


Actualisé le