Les utilisateurs de bitcoin, des cibles de choix pour les criminels

Les utilisateurs de la monnaie en ligne bitcoin seraient bien avisés de faire attention à leur porte-monnaie. Ils sont en effet devenus des cibles intéressantes pour les criminels, note la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information MELANI dans son dernier rapport semestriel publié mardi.

Le porte-monnaie numérique input.io a ainsi été victime en juillet 2013 d'un vol de bitcoins pour une valeur de 1,2 million de dollars. Les plateformes d'échanges sont une autre cible potentielle. En décembre, le marché de change Bitcoin Suisse a reconnu avoir été victime d'une attaque.

En tant utilisateur, il faut être conscient de la valeur des bitcoins et de la nécessité de les protéger, souligne MELANI. Pour garantir un stockage sûr, il est recommandé de conserver la clé cryptographique privée sur un support électronique non connecté à Internet ou sur papier. La protection de l'ordinateur contre les infections tient aussi un rôle central.

Ce n'est pas le seul enjeu de cette monnaie en ligne. Celle-ci pourrait en effet aussi servir au financement d'activités criminelles et à des jeux interdits comme celui de l'avion. Le Conseil fédéral va rédiger un rapport sur les risques du bitcoin.

Extorsion de fonds

Dans son rapport, MELANI met en garde contre d'autres dangers. Ainsi un nouveau logiciel d'extorsion de fonds "Cryptolocker" a été observé pour la première fois en septembre. Ce maliciel crypte tous les fichiers stockés sur le disque dur comme sur les supports de données externes qui lui sont raccordés.

Les escrocs transmettent ensuite une demande d'argent à leur victime, promettant en contrepartie d'envoyer la clé permettant de restaurer les fichiers. Il ne semble pas y avoir pour le moment d'autre méthode pour décrypter les données.

Un autre phénomène fait florès: le vol de données de clients ou de cartes de crédit.

Avenir d'Internet

S'interrogeant sur l'avenir d'Internet, MELANI juge exagérées les théories évoquant sa mort. Mais la tâche s'annonce difficile pour restaurer la confiance. Il ne sera pas simple non plus d'apporter une solution aux problèmes de droit.

/ATS


Actualisé le