Li Keqiang voit sa visite en Suisse comme un symbole d'ouverture

Le Premier ministre chinois Li Keqiang considère sa venue vendredi en Suisse comme un symbole de l'ouverture de son pays vers l'extérieur. Que sa visite officielle en Suisse soit la première en Europe n'est pas un hasard après la conclusion de l'accord de libre-échange entre les deux pays.La Suisse est en effet le premier pays d'Europe et parmi les vingt principales économies mondiales qui a bouclé un accord de libre-échange d'une importance exceptionnelle avec la Chine, écrit M. Li dans une colonne d'invité publiée jeudi par la "Neue Zürcher Zeitung".Pour Li Keqiang, la Chine montre avec cet accord sa volonté de développer son ouverture. Son intérêt pour un système commercial multilatéral est grand. Parallèlement, le commerce régional doit continuer à être libéralisé, et l'application de la stratégie des zones de libre-échange accélérée.Secteur financierLa Chine veut par ailleurs approfondir sa collaboration avec la Suisse dans le secteur financier, ajoute M. Li qui loue les bons rapports qui existent historiquement entre les deux pays. Dans ce contexte qui implique compréhension et confiance, il plaide pour des échanges encore accrus entre entreprises, personnes et gouvernements.Li Keqiang, Premier ministre de la République populaire de Chine depuis la mi-mars, et sa délégation séjourneront en Suisse de jeudi soir à samedi. Invité par le président de la Confédération Ueli Maurer, il sera en outre reçu à Berne par les conseillers fédéraux Didier Burkhalter et Johann Schneider-Ammann.La conclusion des négociations sur l'accord de libre-échange, terminées au niveau technique, sera au cœur des entretiens de vendredi. Les discussions porteront aussi sur les principaux dossiers bilatéraux, ainsi que sur les prochaines visites prévues au niveau politique ou entre experts. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus