Line, WeChat, les réseaux asiatiques à la conquête de l'Europe

Twitter et Facebook n'ont qu'a bien se tenir. Après les réseaux sociaux américains, leurs rivaux asiatiques, hyperpopulaires sur leur continent, partent à la conquête des internautes européens, comme le japonais Line ou le chinois WeChat.

Appels vocaux gratuits, messagerie instantanée, géolocalisation, fil d'actualités... WeChat et Line, qui offrent tous les deux les mêmes services, se présentent comme un condensé de Facebook, Skype et Whatsapp.

Le réseau social nippon Line était en tournée en Europe cette semaine pour une opération de relations publiques. Fin août, il comptait 230 millions d'utilisateurs dans le monde, dont 47 millions au Japon et, plus surprenant, déjà 15 millions en Espagne.

Partenariats locaux

Pour séduire, Line, qui appartient au géant sud-coréen de l'internet NHN Corporation, s'est appuyé sur des partenariats locaux avec les principaux clubs de football espagnols, le FC Barcelone et le Real Madrid, des marques comme Coca-Cola ou la star du tennis Rafael Nadal qui peuvent ainsi s'adresser directement à leurs fans.

Autre force du service de messagerie instantané lancé début 2011, ses "stickers", une série de petites figurines qui servent à exprimer des émotions, bien plus riches et variées que les traditionnels "émoticônes", devenus ringards, selon eux. Dans chaque pays, ces "stickers" sont adaptés aux goûts locaux comme en Espagne où ils ont repris les codes de "El hormiguero", un célèbre talk-show de la télévision, ou des figurines à l'effigie des joueurs de football.

"On mise beaucoup sur cette nouvelle forme de communication autour des stickers", dont la plupart sont payants, a déclaré à l'AFP Sunny Kim, directrice générale adjointe de Line Europe et Amérique. Et pour cause, ils représentent une part substantielle des revenus (30%). Huit millions d'euros de "stickers" ont été vendus en juillet 2013, selon Line.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes