Microsoft tente de redresser le tir dans les tablettes

Un an après son entrée ratée sur le marché des tablettes avec la Surface, le groupe informatique américain Microsoft ne s'avoue pas vaincu et espère inverser la vapeur avec un nouveau modèle, présenté lundi à New York lundi à partir de 16h30.

S'il veut avoir une chance de s'imposer sur ce marché dominé par l'iPad d'Apple et le logiciel Android de Google utilisé par un nombre croissant de marques, Microsoft doit tenter de réparer les erreurs de ses débuts.

La première version "n'était pas un appareil complet" et ne fonctionnait pas avec beaucoup d'applications Windows, tandis que la version plus haut de gamme Surface Pro sortie quelques mois plus tard "était très chère et la durée de vie de la batterie était plutôt faible", résume Jack Gold, président de la société de recherche J. Gold Associates.

La Surface, commercialisée fin octobre 2012, est l'une des tablettes les plus grandes actuellement sur le marché: elle affiche 10,6 pouces (26,9 centimètres) de diagonale, contre 9,7 pouces (24,6 centimètres) pour l'iPad classique et 7 pouces (17,8 centimètres) pour nombre de populaires petites tablettes.

Elle est aussi nettement plus chère que ses rivales: les modèles de base avaient été lancés à 499 dollars, et pour un modèle Pro et sa couverture spécifique avec clavier intégré permettant d'en faire l'équivalent d'un ordinateur portable, il fallait débourser plus de 1000 dollars, davantage que pour le plus coûteux des iPad.

Microsoft a déjà baissé ses prix cet été, de jusqu'à 30% pour la version de base. Cela s'est traduit par une humiliante charge de 900 millions de dollars dans ses derniers comptes trimestriels, davantage que les revenus totaux rapportés par l'appareil en un an, chiffrés par le groupe à seulement 853 millions.

Le groupe n'a pas divulgué le nombre de tablettes qu'il a vendues. Le cabinet de recherche IDC les a estimé à 900'000 à peine au premier trimestre 2013 et trois fois moins au deuxième. A titre de comparaison, Apple a écoulé sur les mêmes périodes respectivement 19,5 et 14,6 millions d'iPad.

/SERVICE


Actualisé le