Nucléaire iranien: les négociations progressent difficilement

Les négociations sur le dossier nucléaire iranien progressaient lentement vendredi à Vienne. Les discussions se déroulaient toutefois dans un "climat de bonne volonté" entre Téhéran et les grandes puissances sur les limites du programme nucléaire iranien, selon les autorités iraniennes.

Les émissaires de l'Iran et du "5+1" (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) avaient repris mercredi leurs débats qui devaient prendre fin vendredi. Les négociateurs prévoient trois autres sessions de négociation au total, après celle de cette semaine, d'ici la date-butoir du 20 juillet.

Cité par l'agence iranienne Isna, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Aragchi, a estimé vendredi que les négociations avançaient dans "un climat de bonne volonté". Il a toutefois précisé qu'elles "avançaient très difficilement et lentement".

Même son de cloche du côté des grandes puissances, pour lesquelles la cheffe de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, conduit les négociations. Les deux parties abordaient la phase la plus délicate du dossier et entraient dans les détails d'un éventuel accord final qui viendrait mettre en terme à plus d'une décennie de controverses.

Pression des deux côtés

Cet accord final, dont la rédaction doit commencer au cours de ces négociations, devrait garantir le caractère pacifique du programme nucléaire iranien et permettre la levée de toutes les sanctions internationales.

Mais la pression est mise par les partisans de la ligne dure des deux côtés, qui veulent voir des avancées concrètes. Le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon a déclaré jeudi qu'il fallait "user de tous les moyens" pour mettre fin au risque que l'Iran se dote d'armes nucléaires.

Les puissances occidentales et Israël redoutent un volet militaire dans le programme nucléaire de l'Iran, ce que Téhéran a toujours nié. Au cours d'une première avancée diplomatique significative en novembre, les "5+1" et l'Iran ont conclu à Genève un accord intérimaire de six mois.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes