Programmes d'encouragement cantonaux: 129 millions versés en 2012

Les cantons contribuent fortement à la réalisation des objectifs fédéraux en matière d'énergie et de CO2. En 2012, ils ont versé un total de 129 millions de francs pour leurs programmes d'encouragement. Toutefois, chaque kilowattheure économisé et chaque tonne de CO2 épargnée coûtent toujours plus cher.

Les cantons ont généré 517 millions de francs d'investissements et 2680 emplois dans le domaine de l'énergie en 2012, contre 490 millions d'investissements et 2570 emplois l'année précédente. Cette manne créative est directement liée aux programmes d'encouragement cantonaux, contributions globales de la Confédération incluses.

Grâce à ces programmes, les émissions de CO2 ont été réduites de 1,68 million de tonnes l'an dernier, contre 2,14 millions en 2011, précise le bureau de recherche INFRAS dans un rapport mandaté par l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). L'ensemble des mesures prises en 2012 correspond à un rendement énergétique de 9,3 milliards de kilowattheures, soit inférieur à celui de 2011 (11,8 milliards).

Toujours plus chers

Les programmes d'encouragement coûtent pour ainsi dire toujours plus cher. L'impact en matière d'énergie par franc investi dans ces mesures directes se monte l'an dernier à 79 kilowattheures par franc, contre 92 en 2011. Celui en matière de CO2 par franc investi atteint 14,2 kilogrammes par franc, contre 17,9 en 2011.

Une évolution qui a des origines politiques: la Confédération ne paie plus de contributions globales depuis 2010 pour la rénovation des bâtiments. Les mesures d'encouragement qui y sont liées sont devenues moins intéressantes pour les cantons.

"Le potentiel d'économies demeure néanmoins tout aussi important qu'auparavant", précise Thomas Jud, du secteur des collectivités publiques et bâtiments à l'OFEN, interrogé par l'ats. Les programmes en partie subventionnés par l'Etat touchent aux domaines du chauffage au bois et de l'utilisation des rejets de chaleur.

Ces domaines ont cependant déjà été surinvestis partout où cela était possible, ajoute Hansruedi Kunz, président de la Conférence des directeurs cantonaux de l'énergie. Conséquence: chaque franc investi a moins d'effet, une situation à laquelle devrait remédier la stratégie énergétique 2050, qui prévoit à nouveau des contributions fédérales pour tous les domaines énergétiques.

Selon l'OFEN, une part importante des fonds d'encouragement a été affectée en 2012 à la promotion des bâtiments MINERGIE, des capteurs solaires, des chaudières à bois automatiques, des pompes à chaleur et des installations photovoltaïques.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes