Revue de presse de la presse dominicale suisse

Voici les principaux titres de la presse helvétique de ce dimanche. Les informations signalées ci-dessous n'ont pas été confirmées.

"Le Matin Dimanche"/"SonntagsZeitung":

La cellule présumée de l'Etat islamique (EI) démantelée le 21 mars 2014 à Beringen, dans le canton de Schaffhouse, existait depuis des années. Le Ministre public de la Confédération (MPC) soupçonne les trois Irakiens d'avoir travaillé à partir de la Suisse à des projets d'attentats de l'EI. Les trois hommes, âgés de 27 à 33 ans, ne se sont pas rencontrés par hasard en Suisse. Une enquête du "Matin Dimanche" révèle qu'il s'agit d'amis se connaissant depuis leurs jeunes années en Irak et issus de familles sunnites restées fidèles à Saddam Hussein. Tous trois ont servi dans l'armée du régime.

"Le Matin Dimanche"/"SonntagsZeitung":

Les CFF peinent à trouver du personnel conduisant les trains. Dans un courriel interne du 2 octobre, Manfred Haller, chef de la traction, admet une pénurie de mécaniciens et s'excuse pour la mauvaise planification. Et le 14 novembre, il admet qu'il manque jusqu'à 50 mécaniciens par jour, annonçant également 30 mesures pour "détendre la situation". Les CFF vont donc demander aux retraités de reprendre du service et refuser toute demande de réduction d'horaire. Les cadres sachant conduire un train remonteront aussi dans les locomotives.

"Le Matin Dimanche":

Le Kremlin croit que les fruits européens arrivent en Russie en transitant par la Suisse. Au vu de l'explosion des exportations de pommes suisses depuis le mois d'août (+400% selon Moscou), les autorités russes se demandent si Berne n'aide pas Paris ou Rome à écouler leurs stocks en toute discrétion. Les biens helvétiques, autorisés, ont rempli ces derniers mois les rayons des supermarchés russes. Jusqu'à l'avertissement de Moscou au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), qui doit fournir pour le 5 décembre les certificats d'authenticité de ces aliments.

"Le Matin Dimanche":

Credit Suisse courtise les homosexuels et les Afro-Américains aux Etats-Unis. La banque a lancé une initiative appelée "New Markets" au sein de sa division américaine "on shore" pour cibler ces minorités. En ce qui concerne les Afro-Américains, Credit Suisse a sollicité l'Université Brandeis, près de Boston, qui a préparé un rapport sur leurs habitudes financières. Ces derniers préféreraient par exemple investir une part importante de leur fortune dans des instruments à bas risque et seraient peu enclins à créer une entreprise.

"Le Matin Dimanche":

Les communes genevoises bénéficient d'un pactole hors du commun. Depuis dix ans, les 45 collectivités publiques du canton réalisent bon an mal an, sur les quelque 2 milliards de recettes engrangées, 250 millions de francs de bénéfices bruts cumulés par année. Or les communes genevoises, contrairement à nombre de leurs consoeurs helvétiques, n'ont que très peu de compétences, et donc de devoirs. Par ailleurs, beaucoup d'entre elles dépensent tout de suite cette manne, plutôt que de baisser les impôts.

"Le Matin Dimanche":

Pour l'heure, la Suisse ne pourrait pas rapatrier elle-même un malade d'Ebola, alors que 280 à 300 collaborateurs de MSF Suisse sont sur le terrain. La Rega n'est pas en mesure à ce stade d'assurer en toute sécurité le transport d'un patient atteint du virus, "une mission très exigeante et complexe sur le plan technique et médical" selon une porte-parole. Quant à l'armée, elle ne possède pas d'appareil adéquat pour ce type de transport, à l'inverse d'autres pays européens. La Suisse pourrait en cas de besoin demander l'aide de l'Allemagne, qui a annoncé cette semaine la mise en service d'un avion équipé d'une unité d'isolement.

"Le Matin Dimanche":

Commercialiser de faux sacs-poubelle peut être lucratif. Un individu a fait fabriquer environ 10'000 faux sacs-poubelle et a essayé de les écouler dans le canton de Neuchâtel. Le faussaire a ainsi pu réaliser un bénéfice de près de 20'000 francs. La Brigade des incivilités de La Chaux-de-Fonds a constaté la supercherie lors d'un contrôle de routine. En 2009, une affaire semblable avait eu lieu à Zurich. Un épicier y avait écoulé 13'000 sacs fabriqués en Serbie, réalisant un bénéfice de plus de 20'000 francs avant d'être arrêté.

"NZZ am Sonntag":

Les étudiants devraient davantage commencer à travailler dans leur domaine durant leur master, estime le Secrétaire d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation. Mauro Dell'Ambrogio juge qu'une discussion autour d'un master à temps partiel s'impose. Il ne s'agit pas d'une mesure visant à empêcher les étudiants de faire durer artificiellement leurs études, assure le Tessinois. Mais les jeunes qui rentrent dans la vie professionnelle sur le tard, après de longues années de formation, "devraient avoir la possibilité d'exercer durant leurs études déjà".

"SonntagsZeitung":

La Confédération estime que les prix des appels mobiles en Suisse sont élevés en comparaison européenne. Le directeur général de Swisscom, Urs Schaeppi, critique la vision de Berne et défend les tarifs actuels, évoquant des "spécificités suisses". Dans le marché de la téléphonie mobile, la Suisse se trouve "dans le milieu du classement" au niveau des tarifs, souligne Urs Schaeppi. Il relève que la construction et le maintien des réseaux y sont de 40 à 100% plus chers qu'ailleurs, à cause de la topographie et "des limites très strictes fixées pour les antennes".

"SonntagsBlick":

L'escroquerie présumée des fausses déclarations sur les viandes de Carna Grischna doit être d'une ampleur beaucoup plus grande qu'imaginé jusqu'ici, comme l'a reconnu Ettore Weilenmann, président du conseil d'administration. Il y aurait au moins 116 cas de produits carnés importés et vendus comme de la viande suisse. Et des centaines d'autres cas seraient suspects. Selon l'informateur qui a permis au scandale d'éclater, des fausses déclarations sont faites depuis dix ans chez Carna Grischna.

"Zentralschweiz am Sonntag"/"Ostschweiz am Sonntag":

Le ministre de la Défense Ueli Maurer peine à trouver un nouveau directeur général de l'armement. Jusqu'ici, il n'aurait essuyé que des refus ou des candidatures inappropriées pour le poste de patron d'Armasuisse, selon une communication du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) à une commission parlementaire en charge de la sécurité. Martin Sonderegger, qui dirige Armasuisse dans l'intervalle, et le commandant des forces aériennes, Aldo Schellenberg, ne sont pas intéressés.

/ATS


Actualisé le