Richemont dégage un bénéfice en hausse de 3% sur un an

Le groupe de luxe genevois Richemont a enregistré une hausse de 3% de son bénéfice net, à 2,067 milliards d'euros (2,5 milliards de francs), lors de son exercice 2013-2014. Les ventes ont progressé de 5% à 10,6 milliards d'euros. Richemont veut continuer à engager du personnel en Suisse.

Cette croissance s'explique notamment par des embellies en Asie-Pacifique, dans les Amériques et au Japon. L'essor des activités joaillières et horlogères a compensé la faiblesse du segment mode et accessoires.

La restructuration de la Maison Montblanc se poursuit. Des provisions ont été constituées dans ce cadre, qui ont pesé sur le résultat opérationnel en sus de fortes variations monétaires. Ce dernier a ainsi très légèrement diminué, s'inscrivant à 2,419 milliards d'euros contre 2,426 milliards un an plus tôt.

Le numéro deux mondial du luxe a encore amélioré sa trésorerie en engrangeant 930 millions d'euros de plus en un an pour un cash flow opérationnel au 31 mars de 2,8 milliards. Ces résultats positifs, dans les attentes des analystes interrogés par l'agence financière AWP, lui permettent d'augmenter de 40% le dividende par action à 1,40 franc.

Projets en Suisse

Le groupe a poursuivi le développement de ses boutiques, 42 de plus en un an, soit 1056 magasins au total. Il veut aussi continuer à engager du personnel en Suisse, où 9000 personnes travaillent pour le groupe sur 30'000 employés au total, malgré les incertitudes liées aux résultats de la votation du 9 février sur l'immigration de masse, a indiqué le co-directeur général Richard Lepeu.

Plusieurs projets sont en cours de réalisation pour des marques du groupe, Panerai, Vacheron-Constantin, Piaget ainsi que le campus de Haute Horlogerie à Meyrin (GE), a-t-il rappelé.

Restructuration en cours

Le groupe, qui détient 20 marques, a fait de meilleurs résultats dans la haute horlogerie avec des ventes en hausse de 9% que dans la joaillerie (+4%). Montblanc (instruments d'écriture) continue d'être dans le rouge, avec une baisse des ventes de 5% à 730 millions.

Pour les autres branches, comme Net-à-Porter, la hausse des ventes a atteint 5% à 1,4 milliard d'euros. Alfred Dunhill, Chloé et Lancel ont fait des pertes. Le groupe est confiant pour 2014.

/ATS


Actualisé le