Samih Sawiris ne craint pas l'initiative Weber pour ses villas

L'entrepreneur immobilier égyptien Samih Sawiris "ne craint guère" un effet de l'initiative sur les résidences secondaires ("Initiative Weber") pour les 25 villas prévues dans son gigantesque projet touristique d'Andermatt, dans le canton d'Uri. Mais le cas échéant, il réclamera des dommages et intérêts à la Confédération.

"Le canton et la commune concernée nous ont confirmé que l'aménagement d'Andermatt est un projet global et qu'il pourra par conséquent être intégralement réalisé", soutient M. Sawiris dans une interview à la "SonntagsZeitung", partiellement répercutée par "Le Matin Dimanche".

"La Confédération avait d'ailleurs posé cette condition (d'un projet global) pour lever les limitations imposées par la Lex Koller" sur la vente de propriétés à des étrangers, ajoute M. Sawiris. "Franz Weber ne pourra pas empêcher la construction des villas", affirme-t-il.

"Nous nous défendrons"

Si Franz Weber avait malgré tout du succès, "nous nous défendrons, car cela contreviendrait à tous les principes de la bonne foi. Ces villas sont un facteur de rentabilité essentiel. Si nous ne pouvions pas les réaliser, notre modèle d'affaires capoterait", dit M.Sawiris.

"Nous avons investi jusqu'ici 380 millions de francs (dans ce projet). La Confédération nous serait redevable du manque à gagner engendré (...). Il n'y aurait pas d'autre solution que d'intenter contre elle une action en dommages et intérêts. Mais je suis sûr que nous n'en arriverons pas à cette extrémité", dit encore M. Sawiris.

Pour mémoire, le complexe d'Andermatt prévoit 6 hôtels, 490 appartements et les 25 villas de luxe en question, ainsi que des aménagements comme un terrain de golf, une extension du domaine skiable et une piscine couverte.

Le premier des hôtels, le "Chedi", doit ouvrir en décembre prochain. La vente des appartements a repris de l'élan, selon M. Sawiris qui dit - sans donner de chiffre - que le nombre d'unités ayant trouvé preneur "a triplé par rapport à l'année dernière".

En 2012, seuls 14 avaient été vendus, après 28 en 2011. Au total, deux villas "sont réservées et payées. L'un des acheteurs est mon frère Nassef".

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes